Il a déjà été condamné pour participation à la préparation d'un acte terroriste :

Saint-Pierre - Un homme mis en détention pour apologie du terrorisme


Publié / Actualisé
Un homme a été mis en détention pour apologie publique d'actes de terrorisme, annonce le procureur de Saint-Pierre ce mardi 3 octobre 2017. Âgé de 44 ans, il a déjà condamné à six reprises. Cela a notamment été le cas en mars 2015 "par le tribunal de grande instance de Paris à 3 ans d'emprisonnement dont 1 an avec sursis pour participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un acte de terrorisme" indique le parquet
Un homme a été mis en détention pour apologie publique d'actes de terrorisme, annonce le procureur de Saint-Pierre ce mardi 3 octobre 2017. Âgé de 44 ans, il a déjà condamné à six reprises. Cela a notamment été le cas en mars 2015 "par le tribunal de grande instance de Paris à 3 ans d'emprisonnement dont 1 an avec sursis pour participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un acte de terrorisme" indique le parquet

 

"Suite à une enquête confiée à la Sûreté départementale de la Réunion, le parquet de Saint-Pierre a ouvert ce jour une information judiciaire à l’encontre d’un homme de 44 ans, déjà condamné à six reprises et notamment en mars 2015 par le tribunal de grande instance de Paris à 3 ans d’emprisonnement dont 1 an avec sursis pour participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un acte de terrorisme, et qui a fait l’objet après être sorti de détention d’une mesure d’assignation à résidence à La Réunion, d’où son épouse est originaire" écrit le procureur. Cette mesure est arrivée à expiration il y a plusieurs semaines,

L'homme a été mis en examen pour "apologie publique d’actes de terrorisme, par le biais de messages adressés sur un compte Twitter entre juin et août 2017" et "outrages envers personnes dépositaires de l’autorité publique, commis le 2 octobre dernier à l’encontre de fonctionnaires de police à l’occasion de son interpellation".

Il a été mis en examen par le juge d’instruction puis placé en détention provisoire par le juge des libertés et de la détention "afin d’éviter tout risque de réitération de faits similaires et compte tenu de l’absence de garanties de représentation, un départ en métropole ayant été programmé mais sans éléments vérifiables sur la destination et les finalités recherchées" précise le parquet.

L’enquête se poursuit désormais sous l’autorité d’un juge d’instruction, en vue notamment d’exploiter l’ensemble des matériels informatiques saisis.

www.ipreunion.com

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !