MENU

Au moins 24 personnes sont décédées :

Madagascar - L'OMS craint une épidémie de peste


Posté par
L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a dit mardi craindre fortement que l'épidémie de peste affectant les zones urbaines à Madagascar se propage au reste du pays, alors que le risque reste modéré au niveau des autres pays de la zone et faible au niveau international. L'OMS ne préconise aucune restriction de voyage ou de commerce avec Madagascar. Du 1er août au 1er octobre 24 décès et 133 cas ont été enregistrés par les autorités sanitaires. La maladie provoque la panique chez les habitants de la Grande Île (Photo archives rb/www.ipreunion.com)
L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a dit mardi craindre fortement que l'épidémie de peste affectant les zones urbaines à Madagascar se propage au reste du pays, alors que le risque reste modéré au niveau des autres pays de la zone et faible au niveau international. L'OMS ne préconise aucune restriction de voyage ou de commerce avec Madagascar. Du 1er août au 1er octobre 24 décès et 133 cas ont été enregistrés par les autorités sanitaires. La maladie provoque la panique chez les habitants de la Grande Île (Photo archives rb/www.ipreunion.com)

 

"Le risque de propagation est élevé au niveau national, modéré au niveau régional en raison des vols fréquents vers les îles voisines de l'océan Indien et faible au niveau mondial", a déclaré un porte-parole de l'OMS, Christian Lindmeier, lors d'un point de presse à Genève. "L'OMS est préoccupée par le fait que la peste se répande car elle est déjà présente dans plusieurs villes et c'est seulement le début de la saison de l'épidémie", a-t-il dit.

Le risque de propagation étant faible au niveau international, l'OMS ne préconise aucune restriction de voyage ou de commerce avec Madagascar.

La peste réapparaît presque chaque année à Madagascar, généralement de septembre à avril, selon l'OMS. Mais "contrairement aux précédentes épidémies, celle-ci touche les grandes zones urbaines, y compris la capitale et les villes portuaires", ce qui augmente le risque de transmission interhumaine, a expliqué le porte-parole de l'OMS.

"Nos équipes sur le terrain à Madagascar donnent des orientations techniques, mènent des évaluations, soutiennent la surveillance et s’engagent auprès des communautés", a ajouté le Dr Charlotte Ndiaye, représentante de l’OMS à Madagascar. "Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour soutenir les efforts du gouvernement, y compris en coordonnant les intervenants du secteur de la santé".

La peste a été détectée dans plusieurs villes de Madagascar depuis août. "C'est une forme de peste qui est hautement transmissible et qui peut provoquer la mort en l'absence de traitement", a précisé M. Lindmeier.

Le premier décès a été enregistré le 28 août. La victime, qui avait contracté la maladie à Ankazobe (centre), est décédée dans un taxi-brousse dans la ville de Moramanga (est) en essayant de rejoindre Tamatave, une ville de la côte est.

Lire aussi : Madagascar - La peste a déjà tué une vingtaine de personnes

L'épidémie s'est depuis propagée sur le territoire malgache, notamment dans la capitale Antananarivo.

L'OMS fait état d'un bilan - du 1er août au 1er octobre - de 24 décès et 133 cas. Sur les 24 décès, 17 sont des cas de peste pulmonaire et 7 sont des cas de peste bubonique.

La peste est endémique à Madagascar, qui enregistre habituellement chaque année environ 400 cas, en majorité des cas de peste bubonique.

La peste bubonique est transmise par les piqûres de puces à partir de rats infectés. La forme pulmonaire se transmet d’une personne à l’autre. "On observe (actuellement à Madagascar - ndlr) dans la flambée actuelle les deux formes. Près de la moitié des cas identifiés jusqu’à présent ont eu une peste pulmonaire" note l'OMS.

La peste est une maladie de la pauvreté. Elle se développe dans les milieux où les conditions sanitaires sont mauvaises et les services de santé insuffisants. Elle est mortelle en l’absence de traitement, mais peut être guérie avec des antibiotiques courants s’ils sont administrés rapidement.

À Madagascar, la dernière flambée de peste, principalement sous forme bubonique et sévissant dans des zones reculées, a été notifiée en décembre 2016.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !