Visite de la ministre Annick Girardin (actualisé) :

300 contrats aidés de plus, et après ?


Publié / Actualisé
La ministre de l'Outre-mer Annick Girardin entame son deuxième jour de visite dans l'île ce vendredi 6 octobre 2017. Ce jeudi soir 5 octobre elle annonçait à une délégation de l'association des maires de La Réunion une baisse de contrats aidés de 20 % pour 2018 et la fin de ce dispositif pour 2019. Un peu plus tôt, elle débloquait également 300 nouveaux contrats d'une durée de six mois afin de poursuivre les chantiers d'entretien, de nettoyage d'espaces verts et de lutte anti-vectorielle. Ce chiffre porte le total d'emplois verts pour l'année à 1447 (contre 2000 en 2016). Selon la représentante du gouvernement d'Édouard Philippe, ils devraient être reconduits l'an prochain. "Le développement durable mérite des emplois durables. C'est ce que nous allons faire en 2019", soulignait-elle. (Photo de la visite d'Annick Girardin ce 5 octobre)
La ministre de l'Outre-mer Annick Girardin entame son deuxième jour de visite dans l'île ce vendredi 6 octobre 2017. Ce jeudi soir 5 octobre elle annonçait à une délégation de l'association des maires de La Réunion une baisse de contrats aidés de 20 % pour 2018 et la fin de ce dispositif pour 2019. Un peu plus tôt, elle débloquait également 300 nouveaux contrats d'une durée de six mois afin de poursuivre les chantiers d'entretien, de nettoyage d'espaces verts et de lutte anti-vectorielle. Ce chiffre porte le total d'emplois verts pour l'année à 1447 (contre 2000 en 2016). Selon la représentante du gouvernement d'Édouard Philippe, ils devraient être reconduits l'an prochain. "Le développement durable mérite des emplois durables. C'est ce que nous allons faire en 2019", soulignait-elle. (Photo de la visite d'Annick Girardin ce 5 octobre)

 

La Réunion obtenait 24 000 contrats aidés en 2016. À ce jour, on atteint péniblement les 13 000. Que se passera-t-il à leur disparition programmée en 2019 ? Le président de La République mise sur un plan de formation pour ce type de public.

"Pour les emplois verts, le compte y est pour 2017 mais en 2018, il faudra penser l’avenir autrement et porter ce projet différemment. L’objectif du président de la République est de faire mieux en matière de formation auprès des jeunes et de trouver d’autres formules d’accompagnement quand les projets sont importants", lançait-elle ce jeudi en fin de matinée à la fin de son entretien avec la délégation de la plateforme des associations d’emplois verts (PAEV 974), le préfet Amaury de Saint-Quentin et le président de Région.

Lire aussi : La ministre des outre-mer annonce le déblocage de 300 nouveaux contrats verts

Un "sursis" de six mois comme l’indiquait Gérard Agathe, membre de PAEV. Ce problème risque de se poser. Encore une fois... Plusieurs contrats vont en effet se terminer dans les prochains mois. Et ce dans plusieurs domaines différents. L’épisode de la rentrée reportée dans 18 des 24 communes le prouvait récemment avec un manque d'effectif dans le scolaire. 13 000 personnes obtenaient un contrat d'accompagnement dans l'emploi (contrat aidé) en 2017. Que deviendront-elles en 2019 ? Suivront-elles toutes le plan de formation souhaité par le président de La République Emmanuel Macron ?

Dans quels domaines travailleront-elles ensuite ? Quels secteurs bénéficieront de ces formations ? Quelle enveloppe budgétaire sera débloquée ? Autant de questions pour l’instant sans réponse. Le gouvernement d’Édouard Philippe considère "les contrats aidés comme inefficaces et ne constituant pas une solution pérenne". À l’époque, le revenu minimum d’insertion (RMI) comportait également une partie formation qui n’a jamais réellement fonctionné. Le RMI devenait ensuite un revenu essentiellement dédié à la solidarité.

Dans tous les cas, Annick Girardin parvenait à calmer la colère des associations d’emplois verts durant son premier jour dans le département. La ministre se sortait bien de cet exercice périlleux. Certains manifestants la faisant même applaudir.

Lire aussi : La ministre des outre-mer annonce le déblocage de 300 nouveaux contrats verts

Pour rappel, la plateforme des emplois verts se mobilise déjà depuis plusieurs semaines. Ses membres dénonçaient une baisse du quota avec seulement 700 contrats signés sur les 2000 habituels. 71 structures emploient ce type de public. Autre mobilisation : celle des édiles. À l’appel de l’Association des maires du département de La Réunion, plusieurs d’entre eux manifestaient devant la préfecture le 9 août dernier.

Ils réclamaient 3298 postes pour assurer la rentrée dans de bonnes conditions d’accueil et reportaient le retour en classe. Les élus finissaient par obtenir 2800 contrats. Ce vendredi, la ministre de l'Outre-mer continue sa visite. Au programme : l'Écocité de Cambaie, le changement climatique, le lancement des Assises ultra-marines et des rencontres avec des représentants du secteur économique, du logement et du BTP.

ts/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !