MENU

[VIDEO] Ils ont été désignés par le parti présidentiel :

Des élus se mettent en marche dans plusieurs communes de l'île


Posté par
Ce jeudi 12 octobre 2017, les groupes désignés par la République en Marche au sein des conseils municipaux de l'île se sont présentés. Entourée par des élus de Saint-Paul, Saint-Denis et Saint-Pierre, Brigitte Hoarau, conseillère en marche à Petite-Île et investie par le parti présidentiel lors des sénatoriales, a insisté sur une démarche de structuration et de cohérence. Estimant que la classe politique a besoin de se renouveler et que certaines pratiques "demandent à être dépassées".
Ce jeudi 12 octobre 2017, les groupes désignés par la République en Marche au sein des conseils municipaux de l'île se sont présentés. Entourée par des élus de Saint-Paul, Saint-Denis et Saint-Pierre, Brigitte Hoarau, conseillère en marche à Petite-Île et investie par le parti présidentiel lors des sénatoriales, a insisté sur une démarche de structuration et de cohérence. Estimant que la classe politique a besoin de se renouveler et que certaines pratiques "demandent à être dépassées".

Ils veulent donner à la politique un "souffle nouveau". Rien d’étonnant alors à ce que les représentants des groupes de la République en Marche à La Réunion aient choisi comme cadre de leur conférence le restaurant de la Capitainerie sur le quai Gilbert à Saint-Paul. Sur la terrasse, un vent léger souffle et délie les langues des représentants du parti présidentiel sur l’île. "On a un vrai mouvement qui se met en place pour que le programme d’Emmanuel Macron existe et qu’il soit identifié comme un groupe qui ose s’appeler la République en Marche à La Réunion" assure Brigitte Hoarau, conseillère municipale à Petite-Île et investie par le parti En Marche, lors des dernières élections sénatoriales.

 

Car, attention à ne pas confondre "La Réunion en marche", comme a été rebaptisé le groupe LPA (La Politique Autrement) et "La République en Marche à La Réunion", prévient le conseiller saint-pierrois Jean-Gaël Anda. "Il y a une petite nuance, mais une nuance" glisse t-il. En rajoutant par ailleurs : "On ne veut plus avoir des élus caricaturaux, mais des gens constructifs qui veulent sortir d’une logique d’opposition".

Autour de la table, on retrouve aussi Kévy Grosset et Marc André Hoareau, conseillers municipaux à Saint-Paul, Pascaline Boyer, conseillère municipale à Saint-Pierre, Fernande Anila, conseillère municipale à Saint-Denis ainsi que Jean-Gaël Anda, conseiller municipal à Saint-Pierre. Un référent départemental, destiné à "structurer le mouvement au niveau des conseils municipaux", devrait être choisi vers le 20 mars. Brigitte Hoarau s’est portée candidate.

 

Lors des dernières élections sénatoriales, 96 grands électeurs ont choisi sa liste. Selon elle, ces votes "viennent de jeunes élus qui en ont assez de ceux qui se représentent pour des problèmes d’egos et de carrières".

 

Sur ce qui se passe actuellement au sein de la plate-forme de la droite locale, la conseillère ne tergiverse pas. "Au niveau des composantes de la droite locale, nous savons bien qu’il y a des inimitiés qui apparaissent quand il y a des problèmes aigus. Ce sont des comptes à régler, des arrangements de derrière la cuisine qui apparaissent au grand jour et qui démontrent que cette classe politique a des pratiques qui demandent à être dépassées aujourd’hui" estime t-elle.

 

Le maître mot de ce groupe péi de la République en Marche est aujourd’hui la "cohérence", insiste Jean-Gaël Anda : "On marchera tous ensemble, la République en Marche n’est pas sectaire".

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !