Hand - C'est la rentrée :

Cette année, mettez vos enfants au babyHand


Publié / Actualisé
2017-2018, la saison du babyHand. La ligue réunionnaise de handball et le centre de ressources, d'expertise et de performance sportive de La Réunion (CREPS) accueillent cette semaine six cadres de la fédération française de handball (FFH) dans le but de promouvoir la nouvelle discipline. En ligne de mire, le développement du sport sur l'île.
2017-2018, la saison du babyHand. La ligue réunionnaise de handball et le centre de ressources, d'expertise et de performance sportive de La Réunion (CREPS) accueillent cette semaine six cadres de la fédération française de handball (FFH) dans le but de promouvoir la nouvelle discipline. En ligne de mire, le développement du sport sur l'île.

 

"Nous voulons atteindre les 5.000 licenciés au terme de la saison". Voilà l'objectif affiché par la ligue réunionnaise de handball et son président Philippe Alexandrino, en cette saison 2017-2018. Et pour développer la discipline dans les 34 clubs de l'île, l'idée est de "capter une nouvelle tranche d'âge, les 3-5 ans" explique Thierry Gaillard, cadre formateur de la FFH. Une génération qui a "un fort potentiel de développement" et pour laquelle "l'implication des parents" peut être un moteur.

- De 9.000 à 15.000 licenciés de cet âge en un an -

Créé en 2014 et lancé l'an passé, le babyHand se veut un outil de "développement et d'éducation pour l'enfant" indique Thierry Gaillard, et pas seulement au niveau sportif. Avec la mascotte Handy, les enfants peuvent "apprendre des gestes de la vie quotidienne" tout en s'initiant au jeu de ballon. "Comment se brosser les dents, comment bien dormir, etc…" font partie des problématiques abordées à chaque séance –de plus ou moins une heure- précise Nathalie Delord, cadre formatrice de la FFH. Pour encourager les clubs de l'île à ouvrir la pratique du babyHand, la ligue réunionnaise vient d'acquérir "un kit babyHand" et le livrera "d'ici à la fin du mois de décembre à la quasi-totalité des clubs de La Réunion" ajoute Stéphane Erapa, président de la ligue.

- "Renforcer le lien parents-enfants" -

Et si le déploiement de la discipline se fait d'ores et déjà dans certains clubs à La Réunion, quelques écoles –publiques comme privées- en métropole ont aussi commencé à leur emboiter le pas. "Des partenariats avec la CAF permettent de développer l'autre volet du babyHand : la relation parents-enfants" souligne Thierry Gaillard. Et pour cause, l'un des objectifs prioritaires est de "renforcer le lien parents-enfants qui se perd", insiste le formateur. "On note de plus en plus que les parents ne jouent plus avec leurs enfants. Le babyHand peut permettre de renouer du lien, et aussi d'impliquer les parents dans la vie associative du club" précise-t-il. Pour Philippe Alexandrino, il s'agit là d'un vecteur "essentiel au développement du handball sur notre territoire".

Avec le babyHand, la ligue devrait atteindre l'objectif affiché des 5.000 pratiquants au terme de la saison, et pourrait par la même occasion asseoir son statut de premier DOM-TOM en terme de licenciés. Un moyen, également, de peut-être dénicher le futur Jackson Richardson.


hf/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !