[SAINT-LOUIS] Troisième attaque en moins d'une semaine chez un éleveur :

Une dizaine de cabris décimée par des chiens errants


Publié / Actualisé
Raymond Chane-Po-Line, éleveur à La Rivière Saint-Louis, vient à nouveau de perdre une dizaine de cabris, décimée dans la nuit du jeudi 26 octobre au vendredi 27 octobre 2017 par des chiens errants. Il s'agit de la troisième attaque sur son exploitation en moins d'une semaine après celle du 24 octobre et du week-end dernier où il perdait déjà une trentaine de cabris, de poules et de canards. (Photo d'archives)
Raymond Chane-Po-Line, éleveur à La Rivière Saint-Louis, vient à nouveau de perdre une dizaine de cabris, décimée dans la nuit du jeudi 26 octobre au vendredi 27 octobre 2017 par des chiens errants. Il s'agit de la troisième attaque sur son exploitation en moins d'une semaine après celle du 24 octobre et du week-end dernier où il perdait déjà une trentaine de cabris, de poules et de canards. (Photo d'archives)

 

Cette série d'attaques touchait aussi les élevages d'autres professionnels à La Rivière samedi et dimanche dernier. Le mairie de Saint-Louis réagissait en éditant un arrêté interdisant la divagation des chiens ainsi que les modalités de capture et les dispositions incombant aux propriétaires. L'édile Patrick Malet indiquait également dans un communiqué que la lutte contre l'errance animale coûtait cher au contribuable.

Lire aussi : Saint-Louis interdit la divagation des chiens

Il rappelait que CIVIS dispose d'un service de capture des animaux errants pour l'ensemble des communes membres (L'Étang-Salé, Les Avirons, Saint-Louis, Cilaos, Saint-Pierre, Petite-Île). La population peut contacter ce service au 02 62 35 25 58, du lundi au vendredi, de 7h30 à 12 heures et de 13h30 à 16 heures. Dès 16 heures, l'astreinte Police municipale prend le relais au 06 92 69 69 04.

Lire aussi - La vraie fausse bonne idée d'un abattage massif des chiens errants

Depuis le début de l'année, 160 attaques de chiens ont été recensées par la Chambre d'Agriculture. Des élevages de cerfs sont régulièrement décimés du côté de la Plaine des Cafres. Une autre intercommunalité, la CASUD envisage, elle, de mener des battues et d'utiliser des tirs létaux et non-létaux afin de stopper le phénomène de l'errance animale. Le député Thierry Robert, lui, vient d'interpeller le préfet sur cette question en demandant une table ronde afin de trouver des solutions.

ts/wwww.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !