Après sa rencontre avec Jean Hugues Ratenon (actualisé) :

Claude Leperlier arrête sa grève de la faim


Publié / Actualisé
Claude Leperlier, ancien marin, a arrété sa grève de la faim, annonce Jean Hugues Ratenon dans un communiqué publié en début de soirée ce lundi 30 octobre. Il campait devant la préfecture à Saint-Denis et ne s'était plus alimenté depuis neuf jours, n'absorbant que de l'eau. Il n'a obtenu aucune réponse quant à une éventuelle suspension d'une procédure de remboursement de ses indemnités de licenciement. "Je réjouis de cette décision qui n'enlève rien au combat de cet homme de 66 ans s'estimant victime d'une injustice et qui réclame l'annulation du remboursement de ses indemnités de licenciements d'un montant de 21 500 euros exigé par son ancien employeur" écrit le député de la 5ème circonscription qui lui a rendu visite ce lundi à la mi journée.
Claude Leperlier, ancien marin, a arrété sa grève de la faim, annonce Jean Hugues Ratenon dans un communiqué publié en début de soirée ce lundi 30 octobre. Il campait devant la préfecture à Saint-Denis et ne s'était plus alimenté depuis neuf jours, n'absorbant que de l'eau. Il n'a obtenu aucune réponse quant à une éventuelle suspension d'une procédure de remboursement de ses indemnités de licenciement. "Je réjouis de cette décision qui n'enlève rien au combat de cet homme de 66 ans s'estimant victime d'une injustice et qui réclame l'annulation du remboursement de ses indemnités de licenciements d'un montant de 21 500 euros exigé par son ancien employeur" écrit le député de la 5ème circonscription qui lui a rendu visite ce lundi à la mi journée.

"Comme je me suis engagé, j'avais déja alerté le Préfet de la Réunion sur son état de son de santé et j'avais demandé un suivi médical de Mr Leperlier; une demande qui ne s'avère plus utile à présent et j'en suis heureux .Je saisis dès demain le Médiateur des Droits afin qu'il puisse examiner en urgence ce dossier afin de trouver une solution la plus juste et la plus humaine que possible" dit encore Jean Hugues Ratenon.

Avant son entretien avec le député de l'est, le gréviste de la faim avait déclaré : "je n'arrêterai pas, même si je dois sortir les pieds devant". Entouré de son épouse, de son fils et de quelques amis, Claude Leperlier continuait alors de vivre sous son abri de fortune qui peine à tenir debout sous les rafales de vent, ne le quittant que pour aller se rafraîchir . Comme lors de notre précédente visite, l'ancien marin réitère qu'il continuera son combat jusqu'à obtenir des réponses. Il envoyait il y a quelques jours un courrier racontant son histoire au Préfet, mais aussi au procureur de la République.

Pour rappel, licencié en raison de problèmes psychiatriques reconnus par un médecin du travail, l'ancien marin parvenait ensuite à faire reconnaître un licenciement prononcé sans cause réelle et sérieuse par son ancien employeur. Une décision judiciaire ordonnait à la société de lui verser 21.500 euros pour le préjudice subi. Mais un second jugement le condamnait finalement à rembourser cette somme. Ce dernier continuera son mouvement tant que la procédure de remboursement ne sera pas suspendue.

jm/wwwipreunion.com

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !