Novembre - Moi(s) sans tabac à La Réunion :

"Un mois sans tabac, c'est cinq fois plus de chances d'arrêter"


Publié / Actualisé
Fort de son succès en 2016, le mois sans tabac débute ce mercredi 1er novembre jusqu'au 30 novembre 2017, pour sa deuxième édition. L'an dernier, près de 2.000 Réunionnais s'étaient inscrits à l'événement lancé par l'État. L'agence régional de santé (ARS) veut cette année mettre l'accent sur la dimension collective de la démarche.
Fort de son succès en 2016, le mois sans tabac débute ce mercredi 1er novembre jusqu'au 30 novembre 2017, pour sa deuxième édition. L'an dernier, près de 2.000 Réunionnais s'étaient inscrits à l'événement lancé par l'État. L'agence régional de santé (ARS) veut cette année mettre l'accent sur la dimension collective de la démarche.

152.000 : c'est aujourd'hui le nombre de fumeurs quotidiens que compte La Réunion, selon l'ARS dans le cadre du mois du tabac lancé ce 1er novembre. Pour la deuxième année, l'initiative nationale relayée par l'ARS au sein du département propose aux fumeurs d'arrêter durant un mois, en mettant en place un dispositif de soutien et d'accompagnement.

Lors de la première édition en 2016, 1.950 Réunionnais s'étaient inscrits à l'opération. Afin de sensibiliser un plus grand nombre de personnes cette année, pour l'ARS c'est "le collectif avant tout". Après leur inscription, les participants "pourront rejoindre une des 16 équipes thématiques définissant avec humour les habitudes de vie (fêtard ou pantouflard…), les aides à l’arrêt utilisées (patch, coach…) ou choisir leur équipe régionale" explique l'ARS.

- De nouveaux acteurs importants cette année -

Durant tout le mois de novembre et en partenariat avec SAOME (Santé Addictions Outre-Mer), l'agence de santé organise de nombreux rendez-vous à travers l'île dans le but de "soutenir tous les participants, de les encourager et les conseiller pour arriver au meilleur résultat sur le plus grand nombre" explique Many Roberto, secrétaire de la prévention chez SAOME.

Many Roberto indique que "80 actions sont mises en place à travers l'île par 54 partenaires" durant le mois sans tabac. Sur la cinquantaine d'acteurs mobilisés, deux nouveaux et pas des moindres entrent dans la boucle cette année : la médecine du travail et les prisons. Sur l'île, des stands de sensibilisation seront organisés au sein des trois prisons actuellement en service. Une initiative bienvenue sur le département d'outre-mer qui compte le plus grand nombre de fumeurs quotidiens (25,1% à La Réunion contre 14,7% en Martinique, 12,1% en Guyane et 11,9% en Guadeloupe) selon une vaste étude menée en 2014.

- Les chiffres "très encourageants" de 2016 -

En 2016, "25% des participants réunionnais au mois sans tabac ont arrêté complètement de fumer" indique le secrétaire de la prévention chez SAOME : "45% des participants ont réduit leur consommation et le reste à rechuter" complète-t-il. Des chiffres "très encourageants" et qui conforte le message que veut faire passer Many Roberto : "un mois sans tabac, c'est cinq fois plus de chances d'arrêter de fumer".

Si la proportion des fumeurs réunionnais participants à l'opération est encore faible (1,28%), la lutte contre le tabagisme reste toujours aussi présente au gouvernement. Pour rappel, c'est aussi en novembre qu'aura lieu la première des six hausses prévues du prix du tabac, qui amèneront le paquet de cigarettes à 10 euros d'ici fin 2020.

Les principales manifestations prévues au mois de novembre sont à retrouver ici.


hf/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !