Des milliers de Réunionnais attendus dans les cimetières :

Hommage aux disparus


Publié / Actualisé
En ce 1er novembre 2017, des milliers de Réunionnais sont attendus dans les différents cimetières de l'île. Si ce mercredi, c'est la Toussaint qui est célébrée dans la religion catholique, habitude et jour férié font que les tombes seront davantage visitées que ce jeudi, jour de la fête des défunts. L'occasion de rendre hommage aux disparus. À tous les disparus : nous pensons aux tués sur les routes, aux victimes de violences familiales ou non ou aux habitants de divers pays qui ont péri dans des attentats.
En ce 1er novembre 2017, des milliers de Réunionnais sont attendus dans les différents cimetières de l'île. Si ce mercredi, c'est la Toussaint qui est célébrée dans la religion catholique, habitude et jour férié font que les tombes seront davantage visitées que ce jeudi, jour de la fête des défunts. L'occasion de rendre hommage aux disparus. À tous les disparus : nous pensons aux tués sur les routes, aux victimes de violences familiales ou non ou aux habitants de divers pays qui ont péri dans des attentats.

De célébration à tradition, la Toussaint et la fête des morts sont ancrées dans le paysage culturel de La Réunion. Chaque année, ils sont plusieurs milliers à honorer "cet’ la désaut’ la vie". Les plus pointilleux ou ceux qui débarquent sur l’île pourraient s’étonner, voire s’insurger d’une confusion entre le 1er et le 2 novembre. Car en ce mercredi, la religion catholique honore les Saints. Ce n’est que le lendemain qu’est prévu l’hommage aux défunts. Mais, jour férié oblige, le passage au cimetière pour fleurir et rafraîchir les tombes s’est imposé le jour de la Toussaint. Le 1er novembre étant chômé, il est plus simple de prendre de son temps pour honorer la mémoire des disparus. C’est donc devenu, pour la majorité, une habitude. Comme à l’accoutumée, les cimetières devraient donc être remplis ce mercredi.

Tradition et habitude oui, mais aussi et surtout respect envers les ancêtres et les disparus. Ce respect n’est pas une sinécure sur l’île. Et l’hommage de retentir avec force, au vu des événements récents. Alors bien sûr, chaque année, des femmes meurent sous les violences de leurs maris et des piétons sont fauchés sur les routes. Mais, impossible aujourd’hui de ne pas penser à Corinne, tuée à l’aide des enceintes d’un home-cinéma par son conjoint à Saint-Denis.

Nous pensons à Giovanni et Alicia, les deux lycéens mortellement fauchés par un véhicule à Saint-André. Ils ont quitté ce monde, probablement avec des projets plein la tête, des talents dans les poches et de l’énergie à revendre.

Nous pensons aussi aux morts de la peste à Madagascar. Selon le dernier bilan, la barre de la centaine de décès avait été dépassée. Un triste drame sur une île pas si éloignée de la nôtre.

Nous pensons aussi aux 300 personnes qui ont péri dans l’attentat de Mogadiscio, en Somalie. L’attaque au camion piégé n’a sans doute pas eu l’écho médiatique que ces victimes méritaient sans nul doute. L’événement était le meurtrier de l’histoire du Pays. Et il est quand même bon de rappeler qu’à vol d’oiseau, la Somalie n’est pas à l’autre bout de la planète vis à vis de notre petit bout de terre.

Nous pensons aux morts de Syrie, du Yémen, du Bangladesh, de Palestine. Nous pensons aux rebelles rohingyas poursuivis jusqu’au trépas jusqu’en Birmanie. Nous pensons aux civils, dommages directs des conflits entre puissances de ce monde.

Mais nous pensons aussi à la grand-mère, voisine, à l’oncle, au cousin, au père, à lamère et à tous les morts proches de nous. Et plus particulièrement aujourd’hui, nous leur rendons hommage.

mp/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !