[VIDÉOS] La décision sera rendue en décembre (Actualisé) :

Frédéric Vienne (FDSEA) en correctionnelle : "Téréos mène la guerre contre moi"


Publié / Actualisé
Frédéric Vienne, président de la fédération départementale du syndicat des exploitants agricoles (FDSEA), comparaissait ce jeudi matin 2 novembre 2017 devant le tribunal de grande instance de Saint-Pierre pour "vol aggravé par deux circonstances". En cause : un arrachage de cannes supposément commis en sa présence le 30 mai dernier par des membres de son syndicat sur le site d'eRcane à l'Etang-Salé, propriété de l'usinier Tereos. La décision sera rendue le 7 décembre à 8 heures du matin. La procureure de la République Fabienne Coupry a, elle, requis, trois mois de prison avec sursis et 1.000 euros d'amende contre Frédéric Vienne."Téréos veut mener la guerre contre la FDSEA et contre ma personne", déclarait-il à la sortie de l'audience. Le préjudice subi s'élève à plus de 30 000 euros.
Frédéric Vienne, président de la fédération départementale du syndicat des exploitants agricoles (FDSEA), comparaissait ce jeudi matin 2 novembre 2017 devant le tribunal de grande instance de Saint-Pierre pour "vol aggravé par deux circonstances". En cause : un arrachage de cannes supposément commis en sa présence le 30 mai dernier par des membres de son syndicat sur le site d'eRcane à l'Etang-Salé, propriété de l'usinier Tereos. La décision sera rendue le 7 décembre à 8 heures du matin. La procureure de la République Fabienne Coupry a, elle, requis, trois mois de prison avec sursis et 1.000 euros d'amende contre Frédéric Vienne."Téréos veut mener la guerre contre la FDSEA et contre ma personne", déclarait-il à la sortie de l'audience. Le préjudice subi s'élève à plus de 30 000 euros.


Une quinzaine d'agriculteurs venait soutenir leur collègue agriculteur à Saint-Pierre. Maître Frédéric Hoarau défendait Frédéric Vienne. Les faits reprochés se produisaient lors du très long et très compliqué conflit entre les planteurs et les usiniers à propos de la convention cannes.

Lire aussi : La convention canne est signée mais le conflit laissera des traces profondes

Le leader syndical versait quelques larmes, peu avant de quitter le tribunal. Le 30 mai dernier, il confirmait avoir participé à une "action symbolique" à eRcane afin de peser dans les négociations avec l’usinier. Il pense que l'industriel déplace maintenant le combat sur un plan judiciaire. Trois autres auteurs de ces faits ont, eux, déjà reçu un rappel à loi.

Écoutez et visionnez les toutes premières déclarations de Frédéric Vienne à la fin de sa comparution devant la Cour. Très ému, il fondait en larmes avant de répondre aux questions.
 

 

 

Son avocat Frédéric Hoarau plaidait, lui, la relaxe  et la nullité de la constitution de partie civile effectuée par eRcane.

"Les statuts de ce groupement d’intérêts économiques ne prévoient pas une défense en justice. Ce GIE n’a pas subi de dommage direct et il est composé de deux membres. La Sucrerie de Bois Rouge et La Sucrerie de La Réunion. Celui qui a eu un dommage et qui aurait dû porter plainte est Téréos", explique-t-il.

Le conseil exposait ses arguments en présence de son client dans cette série de vidéos. Regardez…

 

 

 

 

 

Les prochaines négociations risquent d’être très tendues entre la FDSEA et l’usinier et les autres syndicats. "Je dois les voir (Téréos, NDLR)  ce vendredi en commission mixte d’usine, maintenant que je sais qu’ils sont derrière tout ça, je ne sais pas comment ça va se passer", glissait Frédéric Vienne. Ambiance électrique garantie entre ces différentes parties. Dans un communiqué, le député Jean-Hugues Ratenon réagissait à la comparution de Frédéric Vienne devant les juges.

"J'apporte mon total soutien à Frédéric Vienne et dénonce l'utilisation de la justice par l'usinier pour attaquer une personne physique et non le syndicat qui défendait des revendications légitimes de planteurs. Cette action démontre la volonté de certains de casser du syndicat. J'appelle à la solidarité de tout le monde agricole pour condamner de tels agissements qui s'ils trouvent écho auprès du Tribunal confirmera la stratégie du plus gros i mange les p'tits", précise l'élu. Ce dernier lance aussi : "Après la FDSEA, à qui le tour ?"

ts/www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

CITOYEN, Posté
COMMENT SOUS COUVERT D UN SYNDICAT UN INDIVIDU PEUT TOUT SE PERMETTRE ET COMMETTRE UN ACTE DE VANDALISME ET CROIRE QU IL N EST PAS JUSTICIABLE TOUT AU CONTRAIRE CELA DEVRAIT ÊTRE SANCTIONNE SEVEREMENT PUNI ET SI C ÉTAIT SON CHAMP QUE L ON ATTAQUAIT QU AURAIS T IL DIT TOUT ACTE DÉLICTUEUX MÉRITE UNE PEINE EXEMPLAIRE .
CHABAN, Posté
Advienne que pourra ce n'est pas chère payé !