Zistoir bébèt du mois de novembre :

Esprits : ne les dérangez pas


Publié / Actualisé
Portes qui se ferment toutes seules, coups sur la toiture en tôle, escaliers qui grincent... Qu'ils soient réservés aux croyances populaires ou qu'ils existent bel et bien, les esprits des défunts auraient tendance à se manifester davantage durant le mois de novembre. Entre la Toussaint, pour laquelle la visite au cimetière est de rigueur et les "zistoir bébèt" autour de la fête des morts, poussant ces derniers à se manifester, il y a de quoi ne pas vouloir sortir une fois la nuit tombée.
Portes qui se ferment toutes seules, coups sur la toiture en tôle, escaliers qui grincent... Qu'ils soient réservés aux croyances populaires ou qu'ils existent bel et bien, les esprits des défunts auraient tendance à se manifester davantage durant le mois de novembre. Entre la Toussaint, pour laquelle la visite au cimetière est de rigueur et les "zistoir bébèt" autour de la fête des morts, poussant ces derniers à se manifester, il y a de quoi ne pas vouloir sortir une fois la nuit tombée.

Il y a les histoires de Sitarane, de Gran Mèr Kal ou encore, celle ( des plus terrifiantes) de Madame Deybassins. Mais les esprits sont aussi des anonymes. Des défunts, qui, parfois depuis l'au-delà, reviennent auprès des vivants. Sauf qu'ils ne sont pas toujours gentils. Pour y voir plus clair entre croyances et réalité des faits (il faudra surement, pour certaines personnes, y mettre du sien pour adhérer à ce genre de choses avant de continuer à lire), l'aide d'une voyante s'avérait nécessaire. Ainsi, nous apprenons qu'il n'est pas judicieux d'appeler les esprits, car "il y a des âmes gentilles et d'autres qui sont méchantes" explique Marie Futol, voyante et magnétiseuse, exerçant dans l'Ouest de l'île.

Lire aussi : Une tradition à La Réunion - Mois d'novemb i sort pa !

"Au courant du mois de novembre, avec la Toussaint et la fête du 2 novembre, les défunts sont plus souvent sollicités. Les gens sensibles ont plus de chance de ressentir leur présence ou de les voir". Cependant, entrer en contact avec les esprits des morts, de manière directe ou indirecte, n'est pas réservé au mois de novembre. "Ils nous entourent et sont avec nous en permanence. Pour moi, esule une porte sépare les morts des vivants", continue la médium.

Mais, concernant celles et ceux voulant s'essayer volontairement à appeler un défunt, l'acte n'est pas sans conséquence. "Les gens ne savent pas qu'il y a un retour de bâton. On croît appeler une personne, mais parfois, c'est un autre esprit qui vient et qui reste dans la maison". Commencent alors les ennuis : "les portes se ferment toute seule, les objets bougent, des voix se font entendre..." décrit Marie. Cette dernière admet recevoir de nombreuses personnes ayant été témoins de phénomènes paranormaux de ce type. Elle prévient qu'"il ne faut pas avoir peur devant ces entités, sinon, elles s'en nourriront pour gagner en force". La solution est de se tourner vers "un rituel de purification avec de la sauge et une bougie blanche". Parfois, un acte de magie blanche sera nécessaire.

- La magie noire -

Car, si certaines entités sont présentes pour nous protéger, la présence des esprits malfaisants peut être la conséquence d'actes de magie noire.

Quand un moun i gagn le sor, "la personne n'avance plus, ressent qu'elle n'est plus elle-même" continue la voyante dans ses explications donnant un exemple dont elle a été témoin, en présence d'une jemme femme d'une vingtaine d'années, venue la consulter : "elle me disait qu'elle faisait beaucoup de cauchemars, qu'elle voyait un cercueil ouvert qui l'attendait. Quand elle se regardait dans le miroir, elle ne se voyait pas elle, mais elle voyait sa grand-mère. Elle était réveillée la nuit par des esprits malins. Elle avait peur et développait des envies de suicide. C'est comme si on lui disait, "prend une corde et meurt". Ces gens sont poussés au suicide. Des symptômes particuliers expliquent que cela vient de la magie noire." décrit Marie. Des signes qui s'avèrent différents lorsqu'une personne se voit "possédée" par un esprit. Là, un exorcisme sera nécessaire.

Mauvais ou pas, les esprits doivent rester là où ils sont. "C'est dangereux de les solliciter" répète Marie. "Quand on ne connaît pas et qu'on ne sait pas quoi faire, ça devient invivable" lâche-t-elle, après avoir elle aussi vécu des expériences de ce genre. Alors, pour éviter de faire venir le prêtre en catastrophe pour dépeupler la case d'esprits malsains, mieux vaut abandonner toute sorte de spiritisme et se contenter des zistoirs bébèt racontées par les tantes, mères et grand-mères à la fin du repas de famille. Car déranger les défunts n'est jamais de bonne augure.


jm/www.ipreunion.com
 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !