[VIDEO] Affaire supposée de loyers impayés et de sous location sans droits (actualisé) :

Garde à vue levée pour Ibrahim Patel


Publié / Actualisé
Convoqué par les gendarmes, Ibrahim Patel, est arrivé à la brigade de gendarmerie de l'Étang Saint-Paul vers 10 heures ce mercredi 8 novembre. Peu après, il a été placé en garde à vue. Le président de la chambre de commerce et d'industrie de La Réunion (CCIR) et 7ème vice-président du conseil régional, serait entendu par la brigade de recherches dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte pour une affaire supposée de loyers impayés et de sous location non autorisée. Sa garde à vue a été levée aux alentours de 18h30 ce mercredi.
Convoqué par les gendarmes, Ibrahim Patel, est arrivé à la brigade de gendarmerie de l'Étang Saint-Paul vers 10 heures ce mercredi 8 novembre. Peu après, il a été placé en garde à vue. Le président de la chambre de commerce et d'industrie de La Réunion (CCIR) et 7ème vice-président du conseil régional, serait entendu par la brigade de recherches dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte pour une affaire supposée de loyers impayés et de sous location non autorisée. Sa garde à vue a été levée aux alentours de 18h30 ce mercredi.

Ibrahim Patel, président de la CCI et 7ème vice-président de la Région est arrivé à la brigade de gendarmerie de Saint-Paul vers 9h50 ce mercredi matin, accompagné de son avocat Maître Avril. À son arrivée, il a affiché un air serein en répondant à toutes les questions des journalistes. Peu de temps après son entrée dans la gendarmerie, il a été placé en garde à vue.

 

L’affaire supposée commence en juillet 2013, par le biais de la société qu’il dirige. Ibrahim Patel loue un local commercial situé en plein centre-ville de Saint-Paul. Selon son contrat de location il doit payer un loyer mensuel de 651 euros par mois à son logeur. Pour une raison indéterminée, l’élu cesse de payer à partir de mars 2014, précise le JIR qui a révélé l’affaire au début de cette année.

En plus de ces loyers impayés, Ibrahim Patel aurait sous loué, sans droit, le local commercial à un courtier en assurance à partir d’avril 2015. Le montant de la sous location était de 1030 euros par mois, soit quasiment le double du loyer mensuel... impayé.

Le bailleur impayé finit par porter plainte. L’affaire supposée arrive sur le bureau du juge des référés en mai 2017. Le montant des loyers dus s’élève alors à plus de 23 000 euros. Ibrahim Patel finit par payer en urgence et le dossier sera classé sans suite.

En procédure civile, il n’en est pas allé de l’élément en procédure pénale, d’où l’audition d’Ibrahim Patel par les gendarmes ce mercredi matin.

Sa garde à vue a été levée aux alentours de 18h30 ce mercredi soir. Ibrahim Patel a ensuite déclaré qu'il n'y avait pas eu de sous location sans droit puisqu'il n'y avait pas de bail écrit entre lui et son logeur. Il a ajouté que la société d'assurance qu'il a autorisée à occuper les locaux en cause, lui appartient en partie et qu'il "reste donc chez (lui)". Il a enfin souligné qu'il avait payé tous les loyers dus.

Publié ce mercredi 8 novmbre 2017 à 9h37/mb/rb/www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

CHABAN, Posté
Dis moi qui tu fréquentes je te dirai........
Lela, Posté
Après vous être bien gavé, maintenant il faut payer, M. PATEL!