La députée défend les amendements contre la suppression des contrats aidés :

[VIDEO] Ericka Bareigts : "non, il n'y a pas d'assistanat !"


Publié / Actualisé
A l'Assemblée nationale ce mercredi 8 novembre 2017, Ericka Bareigts, députée de La Réunion, a proposé et défendu plusieurs amendements s'opposant à la suppression des contrats aidés. Nous publions ci-après le communiqué résumant son intervention.
A l'Assemblée nationale ce mercredi 8 novembre 2017, Ericka Bareigts, députée de La Réunion, a proposé et défendu plusieurs amendements s'opposant à la suppression des contrats aidés. Nous publions ci-après le communiqué résumant son intervention.

La députée de La Réunion Éricka Bareigts est intervenue en séance publique pour défendre
les Réunionnaises et les Réunionnais. Lors de la séance de nuit du mercredi 8 novembre, elle a interrogé la ministre Muriel Pénicaud sur la suppression de 140 000 contrats aidés en 2018. Il s’agissait de connaître la répartition des contrats aidés entre les Outre-mer.

La ministre du travail n'a pas répondu à notre interrogation, préférant contourner le problème
en se trompant dans son argumentation : la majorité précédente n'a jamais voté de baisse des contrats aidés. Pour la ministre Muriel Pénicaud, certains contrats aidés ne sont pas efficaces. Dans ce cas, pourquoi ne pas mieux cibler ces contrats et mieux les contrôler ?

Éricka Bareigts rappelle qu’elle est favorable à la gestion des contrats aidés par Pôle Emploi, et non par les collectivités. C'est d’ailleurs ce qui a été fait à la ville de Saint-Denis pour plus de transparence et plus d'équité.

Elle a également porté avec le groupe Nouvelle Gauche des amendements pour demander le maintien des contrats aidés. En effet, la méthode employée, le diagnostic réalisé ne sont pas les bons. Dans l’attente des conclusions de la mission de Jean-Marc Borello, il apparaissait plus juste de maintenir les quotas actuels.

Ce jeudi 9 novembre, lors de la séance consacrée à la mission outre-mer, la députée Éricka Bareigts a souligné les mauvais choix du gouvernement pour les Outre-mer. Le budget présenté suscite en effet de graves inquiétudes pour les près de trois millions de concitoyens ultramarins. Logement, la mobilité avec la baisse des budget de LADOM, la Cité des Outre-mer sont par exemple les perdants de ce budget. La loi Egalité Réelle Outre-mer, voté à l’unanimité, est oubliée.

Enfin, Éricka Bareingts a soutenu l’amendement de la députée de la Polynésie Française Maïna Sage pour le maintien de l’équivalent "Fonds vert". Ce fonds, créé par Éricka Bareigts lorsqu’elle était ministre des Outre-mer, permet un crédit bonifié pour les actions de lutte contre  les effets du réchauffement climatique et ses conséquences dans les territoires d’outre-mer, territoires français les plus vulnérables face à ces nouveaux risques. Cet amendement a été adopté grâce aux voix du groupe Nouvelle Gauche.

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !