Elles sont vendues en bord de route :

Un insecticide interdit utilisé sur des tomates à Mayotte


Publié / Actualisé
Ce mercredi 15 novembre 2017, la préfecture de Mayotte a indiqué que "certains producteurs à Mayotte ont recours à un insecticide" dont l'utilisation est interdite en France pour le traitement de tomates. Suite à des prélèvements sur des stands en bord de route, les résultats ont démontré l'usage de diméthoate. Ce pesticide prohibé comporte des risques sanitaires pour la santé des consommateurs. Une mesure administrative de mise sous surveillance de la commercialisation des tomates produites à Mayotte a été décrétée. Nous publions le communiqué de la préfecture mahoraise ci-dessous. (Photo archives)
Ce mercredi 15 novembre 2017, la préfecture de Mayotte a indiqué que "certains producteurs à Mayotte ont recours à un insecticide" dont l'utilisation est interdite en France pour le traitement de tomates. Suite à des prélèvements sur des stands en bord de route, les résultats ont démontré l'usage de diméthoate. Ce pesticide prohibé comporte des risques sanitaires pour la santé des consommateurs. Une mesure administrative de mise sous surveillance de la commercialisation des tomates produites à Mayotte a été décrétée. Nous publions le communiqué de la préfecture mahoraise ci-dessous. (Photo archives)

Des prélèvements ont été réalisés par les services de l’État (service CCRF de la DIECCTE et le
service alimentation de la DAAF) sur des tomates vendues en bord de route.

Un nombre significatif de ces résultats d’analyses démontre que certains producteurs à Mayotte ont recours à un insecticide, le diméthoate, dont l’utilisation est prohibée en France pour le traitement des tomates. De plus, sa mise en œuvre mal maîtrisée conduit à observer des taux de contamination très importants.

Il est rappelé que l’utilisation de ce pesticide interdit comporte des risques sanitaires importants
pour la santé des consommateurs mais aussi pour celle des producteurs qui les utilisent, tout en
favorisant les réseaux d’approvisionnement illégaux.

Par arrêté, le préfet de Mayotte vient de prendre une mesure administrative de mise sous
surveillance de la commercialisation des tomates produites à Mayotte sur la base du code de la
consommation.

Cette mesure entre en application à compter de ce jour, pour une durée de 150 jours, soit jusqu’au 13 avril 2018.

Quiconque propose des tomates à la vente, doit pouvoir justifier de l’origine et de la provenance du lot par une facture d’achat, un bon de livraison ou tout document permettant d’identifier la
provenance du lot et l’établissement de production.

En l’absence de présentation immédiate d’un document, une mesure administrative de retrait du
marché et de destruction, pourra être mise en œuvre.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !