Il rentrait ce mercredi au Port Ouest (actualisé) :

Le patrouilleur Osiris intercepte un navire avec 658 kilos d'ailerons de requins


Publié / Actualisé
L'Osiris accostait ce mercredi matin 15 novembre 2017 au Port Ouest. Ce patrouilleur revenait de sa mission de lutte contre la pêche illicite dans les pays de la Commission de l'Océan Indien (COI). Lors de sa surveillance, il interceptait près des Seychelles un palangrier seychellois appartenant à un armateur taïwanais avec à bord 658 kilos d'ailerons de requins. (Photos RB/Imaz Press Réunion)
L'Osiris accostait ce mercredi matin 15 novembre 2017 au Port Ouest. Ce patrouilleur revenait de sa mission de lutte contre la pêche illicite dans les pays de la Commission de l'Océan Indien (COI). Lors de sa surveillance, il interceptait près des Seychelles un palangrier seychellois appartenant à un armateur taïwanais avec à bord 658 kilos d'ailerons de requins. (Photos RB/Imaz Press Réunion)


Le navire était dérouté vers Mahé, la principale île de l'archipel seychellois où un constat de pêche non-déclaré était dressé. L'armateur recevait une amende de 50 000 euros. Ces ressources étaient destinées au marché asiatique. L'Osiris assurait également une mission de surveillance de la pêche à la légine dans les TAAF.

Pour cette 52ème mission, le bâtiment patrouillait dans la zone des Comores, de Madagascar, de La Réunion, des Seychelles et de la Tanzanie. Il sert de support aux patrouilles régionales pour les pays de la COI et pour trois États côtiers (Kénya, Mozambique et Tanzanie) ne disposant pas de moyens de contrôles des pêches en zone hauturière.

L'occasion aussi de former des inspecteurs de pêche issus des huit états participants au plan régional de surveillance des pêches. La majorité de ces responsables étaient des femmes.

"Cette année l’Osiris a parcouru plus de 6000 milles marins, soit 11 000 environ kilomètres, dans le canal du Mozambique, le parc marin des Glorieuses et le bassin des Mascareignes", annonce Dominique Person, directeur du Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) de la Réunion.

En transit dans la Zone économique exclusive malgache, le patrouilleur constatait un navire (boutre) avec cinq pirogues en action de pêche de concombres de mer, une infraction selon la loi malgache.

Le Centre de surveillance des pêches de Madagascar, en contact avec le patrouilleur, ordonnait au navire de quitter les lieux.

ts/rb/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !