Environnement :

Les éponges marines, reines du recyclage sous l'eau


Publié / Actualisé
Les "spongiaires" : ces éponges sous-marines sont essentielles à la biodiversité des récifs coralliens. Du 6 au 16 novembre 2017, une formation à la reconnaissances des éponges a été effectuée auprès de chercheurs, techniciens et étudiants de l'Université de La Réunion, de Madagascar et de Maurice. L'objectif : réaliser un premier inventaire et faire connaître ces organismes étonnants.
Les "spongiaires" : ces éponges sous-marines sont essentielles à la biodiversité des récifs coralliens. Du 6 au 16 novembre 2017, une formation à la reconnaissances des éponges a été effectuée auprès de chercheurs, techniciens et étudiants de l'Université de La Réunion, de Madagascar et de Maurice. L'objectif : réaliser un premier inventaire et faire connaître ces organismes étonnants.

Ce sont les reines du recyclage sous-marin. Les éponges sous-marines, présentes depuis la surface jusqu'aux abysses, occupent les écosystèmes aquatiques depuis environ 550 millions d'années. Dans le cadre de la connaissance du patrimoine naturel des écosystèmes littoraux marins et coralliens, l'association Vie Océane ainsi que la Réserve Naturelle ont souhaité réalisé le premier inventaire de ces organismes. La démarche a été soutenue par la DEAL (Direction de l'environnement, de l'aménagement et du logement).

Mais à quoi servent ces éponges ? Organismes épurateurs et bio-accumulateurs, elles filtrent l'équivalent de leur propre volume en 10 à 20 seconde ! Leur mission : contribuer au nettoyage de l'eau en retenant les fines particules organiques qui sont la base de leur alimentation. Grâce à cette activité de filtration, elles mettent à disposition une source de nourriture destinée à alimenter la faune marine.

Le souci, c'est que certaines espèces perforantes peuvent proliférer dans des écosystèmes perturbés et accentuer le déclin des coraux dans les récifs. Selon l'association Vie Océane, il est donc essentiel de développer une reconnaissance de ces éponges en réalisant un premier inventaire des éponges à La Réunion.

   

1 Commentaire(s)

LouisP, Posté
Ah ben voilà na pu qu'à balancer nos crasses, les organismes épurateurs feront le travail... :(