La procédure est engagée par l'ancienne directrice du CCAS de l'Etang Salé :

Plainte contre Jean-Claude Lacouture pour harcèlement moral : les gendarmes enquêtent


Publié / Actualisé
La vie poursuit son cours à l'Étang-Salé. Au cours des derniers jours, une affaire concernant le maire Jean-Claude Lacouture a été relancée. Il s'agit d'une plainte portée à son encontre pour harcèlement moral par Mireille Malet, ex-directrice du centre communal d'action social de la commune (CCAS). Aujourd'hui reléguée à un poste de chargée de mission, la quinquagénaire a des missions à gérer de la plus haute importance : comme celle concernant le plan " Grand Froid ". Sur une île tropicale, ça ne s'invente pas. Elle et l'ancien directeur général des services ont été entendus par la brigade de recherches de la gendarmerie à Saint-Pierre
La vie poursuit son cours à l'Étang-Salé. Au cours des derniers jours, une affaire concernant le maire Jean-Claude Lacouture a été relancée. Il s'agit d'une plainte portée à son encontre pour harcèlement moral par Mireille Malet, ex-directrice du centre communal d'action social de la commune (CCAS). Aujourd'hui reléguée à un poste de chargée de mission, la quinquagénaire a des missions à gérer de la plus haute importance : comme celle concernant le plan " Grand Froid ". Sur une île tropicale, ça ne s'invente pas. Elle et l'ancien directeur général des services ont été entendus par la brigade de recherches de la gendarmerie à Saint-Pierre

 La mairie de l’Étang-Salé est loin d’être un long fleuve tranquille. On se rappelle de l’obscure bataille autour d’une parcelle, des chefs de service et élus remerciés ou encore de l’enchaînement de plaintes envers le maire de la commune. Si ledit édile est actuellement en Métropole pour le congrès des maires, l’eau continue de bouillir dans la cocotte entre mer et forêt de l’Étang-Salé.

Pas plus tard que ces jours derniers, une affaire concernant Jean-Claude Lacouture a été relancée. Celle de Mireille Malet, ex-directrice du centre communal d’action sociale (CCAS) de la commune. Elle portait plainte pour harcèlement moral à la mi-août. La quinquagénaire a commencé à travailler au CCAS en 2013. Entre 2015 et 2016, la tension ne cesse de grimper et Mireille Malet finit par être mise en congé maladie par son médxecin pour burn out.

En novembre 2016, elle écope d’une jolie leçon de morale de la part du maire, suite à son absence "lors (d'une) réunion bilatérale avec monsieur le sous-préfet". Car, si l’élu accepte que le congé de maladie soit " un droit pour l’agent ", le couperet tombe à la fin de la missive : "Je vous invite donc à vous questionner sur la hauteur de vos responsabilités dans vos fonctions et à envisager une autre orientation professionnelle".

- Mission "Grand Froid" -

Et surprise : à son retour de congé maladie il y a quelques semaines elle est démise de ses fonctions. Reléguée à un poste de chargée de mission au logement. Placardisée. Avec sur sa fiche de missions, des tâches aux allures de coquilles vide… comme celle concernant le plan "Grand Froid". Sur une île au cœur de l’Océan Indien, au climat tropical et où l’hiver austral est presque anecdotique, ça ne s’invente pas.

Mireille Malet a ainsi été entendue dans le cadre de sa plainte pour harcèlement moral par la brigade de recherches de Saint-Pierre. Elle n’est pas la seule : en sa qualité d’ex-DGS (Directeur général des services) de la commune, Dominique D’Eurveilher a également été entendu. Lui aussi a porté plainte contre Jean-Claude Lacouture pour harcèlement moral, suite à son renvoi soudain en décembre dernier.

Plusieurs sources indiquent aussi que le maire lui-même a été entendu dans le cadre de la plainte de Mireille Malet. Mais il n’était pas facile de le joindre pour confirmer cette information ce lundi. Accompagné de sa directrice de cabinet, il s’est envolé pour la Métropole. Non pas pour une étude appliquée du plan "Grand froid" en vue de le soumettre ensuite au CCAS de sa commune, mais pour assister au Congrès des maires.

Cette plainte pour harcèlement moral n’est pas la seule affaire qui tourne autour du maire de l’Étang-Salé. Il est aussi visé par des plaintes pour dénonciation calomnieuse, portées par Jean Fred Lapierre et Marie Denise Rangama, anciens adjoints. Toujours dans le registre judiciaire, il y a aussi cette plainte déposée par le retraité et conseiller municipal Alain Payet, selon laquelle le fils de Jean-Claude Lacouture se serait vu attribuer "un appartement de type F3 de 80 m2 d’un montant de 130 000 euros en location accession à propriété"... Toujours selon cette plainte, le maire aurait "utilisé et abusé de ses mandats, pour donner l’ordre d’instruire favorablement le dossier de son fils". Il y a donc fort à parier que la saga de l’Étang-Salé est loin d’être terminée…

Il n'y a pas grand risque à parier que Jean-Claude Lacouture se serait sans doute bien passé de ces bruits de casseroles provoqués par cette cascade de plaintes. Surtout au moment où il brigue la présidence du Conseil Départemental en lieu et place de Nassimah Dindar touchée par le cumul des mandats depuis son élection au Sénat...

mp/www.ipreunion.com

   

4 Commentaire(s)

Réaliste974, Posté
Ça promets pour la gestion des agents du Conseil Départemental de la Réunion si demain cet individu devient Président. Mais bon à mon avis vous pouvez dormir tranquille, car je vois pas comment il pourrait prétende à ce poste avec toutes les casseroles qu'il traine. Le Département et ses agents ont besoin de stabilité pour mener à bien leurs missions.
Pierrot, Posté
Sois ti marche aux ordres de fontaine et tu rèussis,sois tu marche seul et tu crèves
CHABAN, Posté
-----Mission "Grand Froid" -= entre elle et le maire ?

Il se dit qu'il se rendra à la gendarmerie le petit doigt sur la couture.
Ste suzanne , Posté
sa sert a quoi de dénoncer tous ses élus une foi à la case tribunal ils sont jamais condamné que des amende ou encore relaxer ils connaitront jamais la case prison leur enfants sont jamais au chômage ne pointe pas chez pôle emploi en passant des concours ne connait l échec et quand ils travaillent payer comme des ministres si c est pas plus