Un rapport alarmant de l'Union internationale pour la conservation de la nature (actualisé) :

Parc National - Grosse inquiétude pour La Réunion patrimoine mondial de l'Unesco


Publié / Actualisé
Dans son grand rapport publié début novembre 2017 sur l'état de 228 sites répertoriés au Patrimoine mondial de l'Unesco, l'Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN) s'inquiète grandement de l'état du Parc national de La Réunion. Classé dans un "bon état avec quelques préoccupations" en 2014, le Parc suscite désormais "une préoccupation importante" de la part des scientifiques de l'IUCN. Le rapport de l'organisme se divise en trois catégories : l'état actuel du patrimoine et son évolution, les différentes menaces et enfin la protection et la gestion globale. Pour rappel, grâce au Parc national les "pitons, cirques et remparts de La Réunion"sont classés au patrimoine mondial de l'Unesco depuis le 2 août 2010. Nous publions ci-après le bilan établi par l'IUCN.
Dans son grand rapport publié début novembre 2017 sur l'état de 228 sites répertoriés au Patrimoine mondial de l'Unesco, l'Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN) s'inquiète grandement de l'état du Parc national de La Réunion. Classé dans un "bon état avec quelques préoccupations" en 2014, le Parc suscite désormais "une préoccupation importante" de la part des scientifiques de l'IUCN. Le rapport de l'organisme se divise en trois catégories : l'état actuel du patrimoine et son évolution, les différentes menaces et enfin la protection et la gestion globale. Pour rappel, grâce au Parc national les "pitons, cirques et remparts de La Réunion"sont classés au patrimoine mondial de l'Unesco depuis le 2 août 2010. Nous publions ci-après le bilan établi par l'IUCN.

"Les menaces des espèces exotiques envahissantes sur le Bien (ndlr : La Réunion), préalablement déjà considérées comme étant de haut niveau, ont continué de s’accroître malgré les efforts déployés en matière de stratégie de lutte, de programmation et d’actions de lutte. Si des résultats encourageants ont donc bien été enregistrés dans ce domaine (prévention, lutte), l’ampleur de la vague d’invasion, l’insuffisance des moyens alloués et les besoins de renforcement de la gouvernance et de la coordination de la lutte contre les invasives aboutissent in fine à une détérioration progressive en voie de généralisation, que certaines catastrophes comme les incendies de 2010 et 2011 ont encore amplifiée.

La réponse et l'engagement du gestionnaire, visant non seulement à maintenir l’état de conservation du bien mais aussi à restaurer ses valeurs aux niveaux précédents, sont très forts mais sa stratégie d’action doit être rapidement renforcée afin de pouvoir tenir compte dans ses priorités et modes d’action de l’ampleur croissante de l’invasion.

Le bien se trouvant sur une île, un travail collaboratif important visant à empêcher de nouvelles invasions et à contrôler les invasions naissantes a d’ores et déjà été mené ces dernières années. Sa traduction juridique dans le cadre du règlement européen sur les espèces exotiques envahissantes est en cours, mais ne concernera pas la plupart des exotiques responsables des plus fortes invasions actuelles du Bien (ndlr : La Réunion). Pour le futur, alors que la population humaine en pleine croissance de l'île continuera de poser des défis permanents et face à l’ampleur croissante de l’invasion, l’approche globale et collaborative dans la gestion du Bien (ndlr : La Réunion) nécessitera sans doute des décisions très difficiles".

- Le patrimoine se détériore : "la préoccupation est importante" -

"Le bien ayant été récemment inscrit (2010), les tendances évolutives des valeurs du Patrimoine mondial, ne peuvent encore être évaluées exactement. Mais, de même qu'il est clair que les valeurs de la biodiversité étaient meilleures dans l’état historique antérieur le mieux documenté, tous les experts et observations répétées convergent vers une dégradation progressive des valeurs du Bien (ndlr : La Réunion)ces dernières années et notamment des habitats en raison de la progression constante des fronts d’invasion.

D’autant que deux incendies majeurs depuis l’inscription en 2010 et 2011 ont localement causé une détérioration conséquente des valeurs du Bien (ndlr : La Réunion). Une évaluation ciblée est nécessaire et il est urgent, afin de préciser les tendances des valeurs de biodiversité, de mettre en place un suivi dédié à l’impact des invasions végétales dans les habitats endémiques et (plus ou moins) primaires de l’île qui constituent un des piliers des valeurs du Bien (ndlr : La Réunion).

À ce stade, l'état actuel des valeurs du patrimoine mondial depuis le moment de l'inscription peut être évalué comme étant de préoccupation élevée et la tendance comme se détériorant".

- Les menaces élevées se multiplient -

"Les espèces exotiques envahissantes ont été reconnues comme la plus grande menace actuelle pour le Bien (ndlr : La Réunion) et sont également liées à d'autres menaces telles que les feux de forêt et l'érosion. Elles perturbent fortement les successions naturelles suite aux éruptions volcaniques ou aux cyclones périodiques (qui pourraient augmenter en intensité avec le changement climatique) ; les zones nouvellement ouvertes sont ainsi maintenant colonisées avec des espèces exotiques plutôt que natives. L'augmentation de la population en périphérie du Bien (ndlr : La Réunion) et du tourisme entraîne une pression générale croissante sur le Bien (ndlr : La Réunion).

S’y ajoutent de nombreuses menaces locales comme le braconnage des palmiers et des orchidées, le bétail divaguant et l’accroissement des déchets qui non seulement gâchent la valeur du paysage du Bien (ndlr : La Réunion), mais augmentent les populations de rats qui, à leur tour, déciment certaines populations critiques de certaines espèces en voie de disparition. Le changement climatique constitue la plus sérieuse menace potentielle. La prospection pour l'énergie géothermique dans le parc aurait sérieusement compromis sa valeur universelle exceptionnelle mais ce projet a été abandonné. Divers projets hydroélectriques, éoliens et solaires restent à évaluer".

- La protection et la gestion sont efficaces, les problèmes de gouvernance à résoudre -

"Pour un jeune parc national (2007), la protection et la gestion bénéficient des bonnes pratiques et de l'expérience des autres parcs nationaux français et d’ailleurs, principalement par l'obligation légale de développer une "Charte", entre toutes les parties prenantes qui jouent le rôle de "plan de gestion" du Bien (ndlr : La Réunion), y compris le noyau central et l’aire d’adhésion. La nouvelle charte du Parc national a été approuvée en 2014 par décret. Actuellement 17 / 24 communes ont adhéré dont 14 ont signé une convention. La protection et la gestion à long terme seront améliorées une fois que les problèmes de gouvernance liés aux responsabilités de gestion seront entièrement résolus".

La Réunion est classée en 2017 dans la catégorie des sites suscitant une "préoccupation importante" : "si les perspectives de conservation d'un site sont préoccupantes, ses valeurs sont considérées comme menacées par un certain nombre de menaces actuelles et ou potentielles. D'importantes mesures de conservation supplémentaires sont ainsi nécessaires pour préserver ces valeurs à moyen et à long terme. Les menaces spécifiques et les problèmes de protection et de gestion varient selon les sites et ceci est discuté plus en détail dans les deux prochains chapitres. L'IUCN 2017 évaluent 70 sites ayant une perspective de conservation qui est très préoccupante".

Publié par www.ipreunion.com jeudi 30 novembre 2017 à 3h - actualisé

   

3 Commentaire(s)

Pelican, Posté
Plusieurs facteurs :

1) Manque de civisme de la population réunionnaise.
2) Pas ou peu d'entretien des sites concernés.
3) Impact des courses de montagne sur différents endroits (Grand Raid, Trail de Bourbon et Mascareignes).
4) Manque de structure (poubelles, Kiosques, etc...).
5) Pas de sanctions.
La responsabilité des prefets, Posté
Pour la catastrophe de l'incendie du maïdo on peut citer la responsabilté du prefet de l'epoque qui a refusé de demander l'engagement du Dash dans la lutte contre l'incendie. Non seulement il n'a pas rendu de compte mais il a poursuivi sa carriere. (Cet opportuniste veille en permanence a fuir ses responsabilité sur wikipedia!!!!)

Et pour les catastrophes a venir on peut citer tous ses successeurs qui laissent les importateurs faire rentrer des nacs et quantité de vegetaux poussant le zele a traquer les barquettes de cerises des particuliers afin de garantir le monopole des commercants .
Cheche, Posté
La Reunion et ses habitants ne sont pas prêts de s'impliquer dans ce parc national.Toutes les communes n'ont pas signer et ne parlons pas des interets privés,politiques et environnementaux (dechets de toutes sortes le long des routes et des sentiers). Ils s'en foutent eperdument.Pas d'implication forte des responsables du Parc,Absence de publicite dans les medias et guides touristiques.A decharge, l'ile est trop peuplée pour accueillir ce parc et soumise à des pressions demographiques,immobilieres,...Bref il faut qu'il soit "sorti" du patrimoine mondial de l'Unesco et qu'il ne deviennne qu'un parc regional. Tres dommage..