Des travaux dans un restaurant de plage à l'Hermitage :

Le collectif de défense du domaine public maritime s'étonne


Publié / Actualisé
Le collectif de défense du domaine public maritime vient d'écrire au directeur de la DEAL à propos des travaux réalisés au restaurant La Bobine sur la plage de l'Hermitage. Ses membres s'étonnent de ces aménagements. Nous publions ci-après leur lettre. (Photo d'illustration)
Le collectif de défense du domaine public maritime vient d'écrire au directeur de la DEAL à propos des travaux réalisés au restaurant La Bobine sur la plage de l'Hermitage. Ses membres s'étonnent de ces aménagements. Nous publions ci-après leur lettre. (Photo d'illustration)

 

Monsieur le Directeur,
Par la présente, nous venons vous marquer notre incompréhension de la gestion du DPM (Domaine Public Maritime) de Saint-Gilles. En effet, depuis la mise en place du Collectif, beaucoup de Réunionnais ont manifesté leur intérêt pour participer au combat pour protéger nos plages contre l'érosion, pour protéger nos lagons, pour garantir l'accès à la plage à tous les usagers.


Ce week-end, lors de la tenue d’un pique-nique partage convivial, nous avons pu constater que le restaurant la BOBINE continue des travaux d’agrandissement de sa terrasse. Ce n’est plus 100m2 mais plutôt 175m2 que nous devons constater sur place. Après délivrance d’une AOT illégale aux yeux des lois du DPM (sur une durée de 1 mois), les restaurateurs ne se privent pas de poursuivre des travaux hors délais et dans des conditions peu respectueuses.

Les matériaux déplacés par la houle sont encore présents au-devant des terrasses avec des risques pour la sécurité des usagers de la plage. Nous souhaitons aussi vous interpeller sur les clôtures des 2 restaurants, la BOBINE et COCOBEACH. Pouvez-vous nous éclairer en nous fournissant les textes de loi et vos AOT qui autorisent à ces restaurants de privatiser la plage.


Pour notre pique-nique d’hier, nous avons eu la surprise d’un rappel à l’ordre de la part des gendarmes pour avoir juste mis une " rubalise " pour délimiter une zone d’accueil. Fallait-il faire une demande d’AOT ? Il y a bien 1 poids, 2 mesures dans la gestion des activités sur le DPM. Les Réunionnais sont heureux d’apprendre ce qui est interdit aux usagers de la plage est autorisé pour les restaurateurs privilégiés.

Nous vous disons juste, que nous ne sommes pas moins, nous ne sommes pas plus ! Monsieur le Directeur, les Réunionnais sont inquiets du devenir de notre lagon en raison d’une mauvaise gestion du DPM.
Nous attendons des actions visibles de la part de vos services pour le respect des lois sur le DPM. Veuillez accepter, Monsieur le Directeur à l’expression de nos sentiments respectueux.
Copie :
Pour le Collectif de " DEFENSE DU DOMAINE PUBLIC MARITIME "
Karl BELLON (mandaté).

   

2 Commentaire(s)

Yvette Fleurié , Posté
Les plages sont un lieu public Personné ne peut se l'approprier. Ces constructions, comme le mur du restaurant la Bobine, détruisent la plage petit à petit. Lorsque la marée est haute, il n'y a plus de plage tellement il y a empiétement. Il est normal qu'il y ait des restaurants au bord de la plage, mais ils devraient être situés plus loin à l'arrière sous les filaos.
Isa maid, Posté
Je soutiens les collectifs, c 'est désolant ce qui se passe sur nos plages, ce non respect de la réglementation...et surtout que nos propres élus ferment les yeux sur tout ça...on doit se battre pour cette île et essayer de préserver le "vivre créole " ou tout est partage et non de privatisations d espaces publiques.