[VIDÉOS] Pour des faits commis pendant le conflit sur la convention cannes :

Frédéric Vienne (FDSEA) condamné à 5 000 euros d'amende


Publié / Actualisé
Frédéric Vienne, président de la FDSEA, a été condamné ce jeudi matin 7 décembre 2017 par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre à 5 000 euros d'amende dont 3000 euros avec sursis pour un arrachage de cannes supposément commis en sa présence le 30 mai 2017 par des membres de son syndicat sur le site d'eRcane à l'Etang-Salé, propriété de l'usinier Tereos. Les faits supposés s'étaient produits en plein conflit entre les usiniers et les planteurs sur le prix de la tonne de cannes.
Frédéric Vienne, président de la FDSEA, a été condamné ce jeudi matin 7 décembre 2017 par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre à 5 000 euros d'amende dont 3000 euros avec sursis pour un arrachage de cannes supposément commis en sa présence le 30 mai 2017 par des membres de son syndicat sur le site d'eRcane à l'Etang-Salé, propriété de l'usinier Tereos. Les faits supposés s'étaient produits en plein conflit entre les usiniers et les planteurs sur le prix de la tonne de cannes.

 

Une décision commenté par son avocat Maître Frédéric Hoarau. Le conseil accompagnait son client lors de l'annonce du délibéré. Malgré sa condamnation, le leader syndical affichait son soulagement à l'issue de l'audience. Écoutez-le.


En milieu de matinée, la FDSEA a estimé dans un communiqué que le jugment est "clément". "Le tribunal a compris de le rôle de la lutte syndicale, et que les moyens employés par la FDSEA pour obtenir gain de cause envers la puissance industrielle étaient justifiés", dit encore le syndicat. La FDSEA note aussi que "Téréos paye en moyenne 40,07 euros la tonne aux agriculteurs alors qu’'eRcane, pour quelques cannes écrasées, a réclamé 34 000 euros".

Pour sa part, Fredéric Vienne considère "la sanction" "comme une blessure de guerre, et elle me conforte dans mon rôle de Président de la FDSEA. Ma plus grande
fierté c’est qu'eRcane n’ait pas pu se porter partie civile et demander des dommages et intérêts surévalués".
 

ts/www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

CITOYEN, Posté
QUELLE JUSTICE POUR APPROUVER LES DÉGRADATIONS COMMISES PAR UN LEADER SYNDICAL BRAVO MESSIEURS LES JUGES IL NE FAUDRA PLUS S ÉTONNER SI D AUTRES ACTIONS DE CE GENRE SE REPRODUISENT C ET UNE PORTE OUVERTE PAR LA JUSTICE .