Pour renforcer l'autonomie énergétique :

Un village solaire à Îlet à Cordes


Publié / Actualisé
Ce mercredi 13 décembre 2017, la CIVIS (Communauté intercommunale des villes solidaires) a inauguré son premier village solaire à Îlet à Cordes, dans le cirque de Cilaos. La zone, située en bout de réseau, subit régulièrement des coupures d'électricité. Le principe : avoir recours à l'énergie solaire pour tendre vers l'objectif global d'autonomie énergétique. Nous publions l'explication de la collectivité ci-dessous.
Ce mercredi 13 décembre 2017, la CIVIS (Communauté intercommunale des villes solidaires) a inauguré son premier village solaire à Îlet à Cordes, dans le cirque de Cilaos. La zone, située en bout de réseau, subit régulièrement des coupures d'électricité. Le principe : avoir recours à l'énergie solaire pour tendre vers l'objectif global d'autonomie énergétique. Nous publions l'explication de la collectivité ci-dessous.

La Réunion reste dans une situation de dépendance face aux énergies fossiles (pétrole et charbon). Elle demeure de surcroît soumise à une production d'énergie électrique locale de par son contexte insulaire et son statut de zone non interconnectée.

Pour renforcer sa politique en faveur de la maîtrise de la demande en énergie et du recours aux énergies renouvelables, le concept de "Village Solaire" a été initié par la CIVIS dans une démarche d'aménagement et de construction durable et d'implantation des technologies solaires.

La CIVIS a donc depuis plusieurs années identifié des zones qui répondent à ses critères. Le village de l’Ilet à Cordes, est une zone située en bout de réseau et subit régulièrement des délestages (coupures de réseau).

Le problème est exacerbé par la situation géographique de l’Ilet, enclavé et isolé, accessible par une seule route de montagne, à environ 30-40 minutes de la Ville de Cilaos, le cirque lui-même étant relativement isolé et enclavé. A cela s’ajoutent des conditions climatiques défavorables, puisque situé à plus de 1000 mètres d’altitude avec des températures en dessous de 10°C en hiver austral. Le principe est de proposer aux familles un soutien financier pour l’acquisition de chauffe-eau solaires individuels (CESI).

- Mise en oeuvre -

Une phase de diagnostic : c’est une étape de préparation. Les enquêtes de terrain ont mis en évidence 30 familles de l’Ilet qui n’en possédaient pas ou dont le CESI était défectueux.

Une phase de mise en oeuvre : c’est l’étape opérationnelle qui vise à sensibiliser et monter un dossier de financement individuel pour l’acquisition ou la location d’un chauffe-eau solaire avec une aide financière des collectivités. Dans cette seconde partie du projet, plusieurs pôles de compétences interagissent : la commune et son CCAS, l’intercommunalité, les professionnels du Solaire, les banques, et la SPL Energies Réunion.

Un CESI bien dimensionné en fonction de la famille, permettra de couvrir au moins 75% des besoins en eau chaude du foyer. En cohérence avec la politique globale de maîtrise de la demande en énergie et de la consommation, la CIVIS a aussi prévu un système d’appoint électrique temporisé permettant en cas d’intempéries ou de mauvaises conditions météo d’avoir recours à un appoint électrique pour chauffer l’eau.

Ainsi, la famille peut allumer la "résistance" du CESI en enclenchant le dispositif temporisé qui s’arrêtera après un certain temps, juste de quoi élever la température dans la cuve (2h environ).

Les autres villages seront situés sur des zones prioritaires tels les NPNRU de Bois d’Olives (Saint-Pierre) et du Gol (Saint-Louis) et à priori sur le périmètre du contrat de ville présentant également les caractéristiques de précarité énergétiques.

Enfin, la CIVIS étudie actuellement la faisabilité d’un 4ème village solaire dans les hauteurs de la commune de Petite-Île.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !