Les syndicats dénonces "l'explosion des violences" (actualisé) :

Le Port - Le commissariat de police victime de jets de cocktails molotov dans la nuit de vendredi à samedi


Publié / Actualisé
Dans un communiqué publié ce dimanche 17 décembre, le syndicat Unité SGP Police Force Ouvrière indique que le commissariat de police du Port a été victime de nouveaux jets de cocktails molotov, qui n'ont pas explosé, dans la nuit du vendredi 15 au samedi 16 décembre. Alliance Police nationale a également publié un communiqué dans lequel elle demande "que l'état garantisse la sécurité des policiers"
Dans un communiqué publié ce dimanche 17 décembre, le syndicat Unité SGP Police Force Ouvrière indique que le commissariat de police du Port a été victime de nouveaux jets de cocktails molotov, qui n'ont pas explosé, dans la nuit du vendredi 15 au samedi 16 décembre. Alliance Police nationale a également publié un communiqué dans lequel elle demande "que l'état garantisse la sécurité des policiers"

"Dans la nuit du 15 au 16 décembre, aux alentours de 3H30, le commissariat du port a une nouvelle fois été la cible de jets de "cocktails molotov". En effet, 2 engins explosifs artisanaux ont été envoyés dans l 'enceinte, au niveau des places de stationnement des véhicules de service. Fort heureusement, ces derniers ont fait long feu et n'ont que légèrement endommagé une voiture de police. Unité SGP Police FO n'a de cesse de dénoncer l'explosion de violences à l'encontre de nos collègues portois et envers les policiers de manière globale. Où s'arrêtera cette escalade ? Doit on attendre un drame ?

Unité SGP Police FO tire la sonnette d'alarme et exige de l'administration, que des mesures concrètes et immédiates, soient enfin prises afin d'éradiquer les agressions envers les policiers du port, pour qui les conditions de travail frôlent le catastrophique. Qui protègera nos concitoyens, si l'administration elle-même ne protège pas ses policiers ?"

Joint par téléphone, Stéphane Lebreton secrétaire départemental adjoint du syndicat demande "à l'administration locale et nationale de se pencher immédiatement sur le sujet". Selon lui, "il n'existe plus une semaine sans qu'un agent soit agressé lors de son service". Si les effectis "sont la première préoccupation", Stéphane Lebreton assure que le syndicat demandera aux services de l'État de "mieux sécuriser le commissariat" du Port.

Il pense notamment à "une augmentation du nombre de caméras autour de l'enceinte" ou encore au "réhaussement des grillages". Le représentant syndical affirme que les policiers "ne s'interdisent rien" et qu'ils pourraient "descendre dans la rue ou mener des actions coup de poing" si leurs revendications n'étaient pas entendu "sérieusement". 

Dans un communiqué publié dans la matinée le syndicat Alliance Police nationale dit qu'il "n'a de cesse de dénoncer les problèmes de sécurité liés à l'enceinte (du Port - ndlr)". Le syndiat ajoute "à demultiples reprises Alliance a demandé à ce que soit rehausser la clôture du commissariat (...) que soit déplacé le bouton poussoir permettant la sortie du commissariat. La seule réponse de l'administration à été le manque de budget".

Alliance dit ne pas "accepter pas cette réponse, et souligne "lasécurité n'a pas de prix surtout celui des collègues. Les policiers ne sont pas que des simples matricule". Le syndicat termine en demandant que "l'Etat garantisse la sécurité des policiers et que le commissariat du Port soit inscrit au futur plan quinquennal pour qu'un nouveau bâtiment voit le jour prochainement".

hf/www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Henri, Posté
C'est normal, laxisme, manque d'éducation, oisiveté, tous les ingrédients sont là pour générer la racaille.
Tata, Posté
Apres on nous gagarise que la violence a baisser au port. .......