[PHOTOS] Daniel Bonet-Maury va obtenir son septième dan :

70 ans passés sur les tatamis de judo


Publié / Actualisé
Il représente une figure de la discipline dans l'île. À 76 ans, Daniel Bonet-Maury va officiellement recevoir son septième dan de judo le 20 janvier 2018 lors d'une cérémonie organisée en métropole par la Fédération française. L'homme pratique ce sport depuis l'âge de 6 ans. L'ancien kiné, à la retraite depuis deux ans, revient sur sa passion passée sur les tatamis.
Il représente une figure de la discipline dans l'île. À 76 ans, Daniel Bonet-Maury va officiellement recevoir son septième dan de judo le 20 janvier 2018 lors d'une cérémonie organisée en métropole par la Fédération française. L'homme pratique ce sport depuis l'âge de 6 ans. L'ancien kiné, à la retraite depuis deux ans, revient sur sa passion passée sur les tatamis.


Il est connu comme le loup blanc chez les pratiquants de ju-jitsu ou de judo de La Réunion. Daniel Bonet-Maury représente une personnalité incontournable dans ces deux sports. Dans un peu plus d'un mois, il recevra son septième dan des mains du président de la Fédération française de Judo.

Une cérémonie des vœux sous l'œil des plus hauts gradés de sa discipline, venus de toute la France. Et une grande récompense pour lui, élevé au sixième dan depuis 13 ans.

"Pour obtenir le 7ème dan, il faut être nominé par ses pairs. La Fédération choisit parmi les hauts gradés. Depuis un an, j'ai dû préparer deux projets. Le premier, technique, sur les katas. J'ai passé deux mois au Japon pour et un second sur les déséquilibres en ju-jitsu. Contrairement au 6ème dan, ce ne sont pas des démonstrations physiques. Là, il s'agit d'un travail personnel", glisse-t-il, contacté par téléphone.

L'ex-kiné continue à exercer la fonction de formateur en ju-jitsu et en judo. Il s'occupe tout particulièrement des jeunes. Il veut leur transmettre leur flambeau. Un devoir capital à ses yeux.

"Je pratique le judo depuis l'âge de six ans. Je viens d'une famille de judokas et mon père était le premier président de la Fédération française de judo. Un haut gradé se doit de redonner ce qu'on lui a donné. J'aide les jeunes à passer leurs grades. Je les forme pour le brevet d'état afin d'être professeurs", ajoute le passionné.

- Modestie et humilité -

À ses yeux, les principales qualités d'un haut gradé doivent être la modestie et l'humilité. Du haut de ses 76 ans, il n'a jamais arrêté de pratiquer. "Si on s'arrête, c'est de l'arthrose garantie. Je continue toujours, mais à mon niveau." Le passage au grade suivant ne pourra pas s'effectuer avant une dizaine d'années.

Il n'envisage pas de l'atteindre dans l'immédiat. "Le 7e dan ? Il ne faut pas s'énerver et rester calme", souffle-t-il en rigolant. Façon de dire que cette étape ne figure pas son calendrier. Pour l'instant.

Avec son ami "de 40 ans" Guy-Michel Quintin, il prépare d'ailleurs un livre sur ses années de judo et de ju-jitsu. Daniel Bonet-Maury a même aidé ce partenaire de jeu à préparer son passage au sixième dan.

"Le contenu du livre ? Ce sera des choses techniques. J'ai tellement accumulé de choses que je me dois de raconter ma passion. Ce serait un manque de respect de ne pas le diffuser", commente Monsieur Bonet-Maury en guise le conclusion.

Le stakhanoviste des tatamis veut simplement continuer à apprendre de ses disciplines favorites. Apprendre encore et encore. Un vrai leitmotiv chez ce grand Monsieur du sport local.

Encore un mois avant la remise de son septième dan. On tenait à le féliciter avant ce moment sans doute chargé en émotion pour lui.

ts/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !