Making of AFP :

Récit d'un reporter pris au piège pendant l'ouragan Irma


Publié / Actualisé
" Marigot (Saint-Martin, France) - C'était ma première couverture d'un ouragan, d'ailleurs c'était la première fois que l'AFP m'envoyait quelque part. J'étais à la fois content et stressé, mais pas à cause du cyclone, juste préoccupé de bien faire" raconte le photo-journaliste Lionel Chamoiseau, correspondant pour l'Agence France Presse (AFP). Ce dernier n'avait pas pris l'ampleur du phénomène Irma, jusqu'à ce qu'il prenne l'avion pour les Antilles. Récit.
" Marigot (Saint-Martin, France) - C'était ma première couverture d'un ouragan, d'ailleurs c'était la première fois que l'AFP m'envoyait quelque part. J'étais à la fois content et stressé, mais pas à cause du cyclone, juste préoccupé de bien faire" raconte le photo-journaliste Lionel Chamoiseau, correspondant pour l'Agence France Presse (AFP). Ce dernier n'avait pas pris l'ampleur du phénomène Irma, jusqu'à ce qu'il prenne l'avion pour les Antilles. Récit.

 

"J’avais vaguement regardé les news, sans prendre conscience de l’ampleur du phénomène. Ce n’est qu’une fois dans l’avion que j’ai commencé à réaliser dans quoi j’allais me fourrer. Et je me suis demandé plusieurs fois : "Mais qu’est-ce que je vais foutre là-bas? Je vais peut-être mourir". Je n’ai pas eu beaucoup de temps pour me préparer. Je suis parti moins de quatre heures après le coup de fil du responsable photo, Christophe à Paris, me demandant si j’étais disponible. Je me suis muni d’une lampe frontale, un chargeur externe, une lampe-dynamo qui se recharge avec une manivelle, un t-shirt manches longues en synthétique (qui sèche vite) et un blouson. Dans la précipitation j’ai même oublié mes baskets! J’ai fait l’après-Irma chaussé de petites baskets de ville en cuir !" écrit le journaliste.

La suite de son récit et l'intégralité de ses photos sont à retrouver sur www.making-of.afp.com, coulisses de l'info de l'Agence France Presse.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !