Le bilan encore provisoire est lourd :

Ava fait 29 morts et plus de 80 000 sinistrés à Madagascar


Publié / Actualisé
Le passage d'Ava sur Madagascar a eu des conséquences lourdes. 29 personnes ont été tuées et 22 sont portées disparues. Plus de 80 000 habitants sont sinistrés et plus de 17 000 ont été déplacées. Ce bilan établi par les autorités malgaches est encore provisoire. Pour rappel, c'est au stade de cyclone qu'Ava est entré à Madagascar dans la région de Tamatave (est de la Grande île) ce vendredi 5 janvier 2018. Le système s'est ensuite affaibli sur terre mais il a eu le temps de provoquer de gros dégâts. Ava est ressorti en mer ce dimanche et plonge désormais vers le sud en laissant la désolation derrière lui
Le passage d'Ava sur Madagascar a eu des conséquences lourdes. 29 personnes ont été tuées et 22 sont portées disparues. Plus de 80 000 habitants sont sinistrés et plus de 17 000 ont été déplacées. Ce bilan établi par les autorités malgaches est encore provisoire. Pour rappel, c'est au stade de cyclone qu'Ava est entré à Madagascar dans la région de Tamatave (est de la Grande île) ce vendredi 5 janvier 2018. Le système s'est ensuite affaibli sur terre mais il a eu le temps de provoquer de gros dégâts. Ava est ressorti en mer ce dimanche et plonge désormais vers le sud en laissant la désolation derrière lui

Selon le dernier bulletin du bureau national de gestion des risques et des catastrophes de Madagascar, le bilan national provisoire s'élève à 29 décès, 22 disparus, 17 170 personnes déplacées et 8 023 sinistrés.

Lire aussi : L'oeil du cyclone Ava touche terre à Tamatave

Lire aussi : Deux morts et plus de 20.000 sinistrés à Madagascar

Parmi les victimes la brigade de gendarmerie à Brickaville a pour sa part noté le décès d’un trentenaire, emporté par le courant de la rivière. À Mampikony, la gendarmerie sur place a rapporté la mort de deux personnes qui ont péri noyé. Une autre victime de noyade a été signalée par le député de Manan­driana.

À Antsirabe (centre de Madagascar), un jeune couple a perdu la vie lors de l’effondrement de sa maison. "La femme était enceinte" souligne lexpressmada.com.


"À Toamasina (Tamatave - ndlr) comme à Brickaville, la population commence à réparer doucement les dégâts. Mais les moyens sont précaires. Les habitants au bord des fleuves de Manapatrana, de Mananjary et de Matitànana sont exposés à l’inondation, face à la montée progressive du niveau de l’eau" dit encore le site d'information malgache.

"À Antananarivo (la capitale malgache), la population fait encore face à l’inondation et au glissement de terrain. Comme à Toamasina, les victimes se plaignent du retard des interventions. Aucune tente n’a été érigée hier dans l’après-midi, aucune aide alimentaire n’a été distribuée alors que les sinistrés ont quitté leur foyer depuis samedi. Le secrétaire adjoint du BNGRC, le général de brigade Charles Rambolarson a souligné, hier, que les interventions sont en cours" termine lexpressmada.com.


www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !