Aviation - Disparition du vol MH370 :

Une nouvelle zone d'exploration identifiée


Publié / Actualisé
De nouvelles recherches auront lieu dans l'Océan Indien afin de retrouver l'épave du Boeing 777 MH370 disparu le 8 mars 2014 avec 239 personnes à bord, indique le journal Libération dans un récent article. C'est l'entreprise américaine Ocean Infinity qui a obtenu l'autorisation de mener ces recherches dans une nouvelle zone située à environ 2000 km à l'ouest de l'Australie.
De nouvelles recherches auront lieu dans l'Océan Indien afin de retrouver l'épave du Boeing 777 MH370 disparu le 8 mars 2014 avec 239 personnes à bord, indique le journal Libération dans un récent article. C'est l'entreprise américaine Ocean Infinity qui a obtenu l'autorisation de mener ces recherches dans une nouvelle zone située à environ 2000 km à l'ouest de l'Australie.

 

C’est le navire " Seabed Constructor " qui sera chargé de piloter cette opération. A son bord, huit véhicules sous-marins autonomes, " beaucoup plus rapides et efficaces que les sonars en remorque utilisés auparavant pour scanner le fond de l’océan ", indique Libération. But de l’opération, " retrouver le champ de débris et envoyer un robot récupérer la boîte noire de l’appareil qui contient les enregistrements à l’intérieur du cockpit et les paramètres de vol ".

En effet, la disparition du vol MH370 demeure jusqu’à aujourd’hui un des grands mystères de l’aviation moderne. Depuis 2014, près de 120 000 kilomètres carrés de surface ont été ratissés en vain, pour un coût total de 130 millions d’euros. L’Etat malaisien a d’ores et déjà évoqué une " allocation spéciale de 16 à 60 millions d’euros en cas de découverte " de l’épave.

Pour rappel, une vingtaine de débris a été découverte sur le littoral de l'Océan Indien au large de l'Afrique de l'Est -- loin de la zone de recherche actuelle -- ont été identifiés comme appartenant probablement ou certainement au Boeing 777 de Malaysia Airlines. Le 29 juillet 2015, un débris avait notamment été retrouvé sur le rivage de Saint-André à La Réunion. Il s'agissait d'un flaperon découvert par un emploi vert, Johnny Bègue. Il avait rapidement été identifié comme appartenant "avec certitude" au vol MH370.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !