[PHOTOS/VIDÉOS] Berguitta menace de nombreux logements insalubres :

Le témoignage d'une mère de famille désespérée avec son enfant handicapé


Publié / Actualisé
Alors que Berguitta se rapproche toujours plus des côtes réunionnaises, de nombreuses familles vivants dans des logements infiltrés par les eaux s'inquiètent. Les logements sociaux sont les principaux concernés. Comme c'est le cas de Romande, une mère de famille qui vit à Sainte-Marie dans un logement social "livré neuf il y a trois ans" avec ses trois enfants dont son fils Alderson, 17 ans et lourdement handicapé. Elle ne réclame "rien, si ce n'est un logement décent" pour elle et ses enfants. (photo rb/www.ipreunion.com)
Alors que Berguitta se rapproche toujours plus des côtes réunionnaises, de nombreuses familles vivants dans des logements infiltrés par les eaux s'inquiètent. Les logements sociaux sont les principaux concernés. Comme c'est le cas de Romande, une mère de famille qui vit à Sainte-Marie dans un logement social "livré neuf il y a trois ans" avec ses trois enfants dont son fils Alderson, 17 ans et lourdement handicapé. Elle ne réclame "rien, si ce n'est un logement décent" pour elle et ses enfants. (photo rb/www.ipreunion.com)

D'apparence, l'appartement et l'immeuble sont "plutôt jolis à voir" raconte Marie. Cette habitante d'une quarantaine d'années d'un logement social de la SIDR (Société Immobilière du Département de La Réunion) à Sainte-Marie vit avec ses trois enfants dont son fils Alderson, 17 ans et handicapé moteur.

Aujourd'hui, Romande "n'en peut plus". Dans son appartement "livré neuf il y a trois ans", la plupart des pièces sont infiltrées par les eaux. La cuisine au niveau des plaintes, du plafond et du bar. Le salon au niveau du plafond et sur là-bas du mur. "Le pire c'est la salle de bain, et encore aujourd'hui j'ai nettoyé" nous confie Romande. "L'odeur est irrespirable, il y a de la moisissure de partout" montre-t-elle affligée.

Elle s'inquiète de "l'arrivée de Berguitta" alors que "des travaux doivent être faits ce vendredi" -après le passage envisagé du cyclone au plus près de La Réunion- par le bailleur social. "L'eau va encore s'infiltrer, on ne sait pas comment on va faire" rapporte-t-elle. Romande ne dit "rien réclamer, juste un logement décent" pour elle et ses trois enfants.

Nous avons filmé des images de l'état de l'appartement :


- L'hôpital déconseille d'habiter dans cet appartement -

"Alderson est souvent à l'hôpital pour enfants de Saint-Denis, il enchaîne les aller-retours" raconte Romande. "Les odeurs sont très mauvaises pour lui" explique-t-elle. Avec ses nombreux déplacements et la dégradation de l'appartement, l'hôpital a ainsi réalisé un certificat médical, au début du mois de janvier indiquant que "son état de santé" ne lui permettait "pas de vivre" dans cet appartement. Romande lit le certificat :


- "Pas un cas isolé" -

Selon Erick Fontaine, administrateur de la confédération nationale du logement (CNL) de La Réunion, la situation de Romande "n'est pas un cas isolé". "Et même, ce n'est pas le pire auquel nous sommes confrontés" raconte-t-il. Il affirme que "les anciens logements sociaux sont en meilleurs états que les nouveaux". L'administrateur explique recevoir "plus de 70 messages par jour de locataires mais aussi d'autres personnes : de facteurs, d'infirmières, d'assistants sociaux et même de personnels de mairie" narre l'intéressé.

D'après Erick Fontaine, "près de 20% des réunionnais vivent dans un logement en état d'insalubrité, dont les logements sociaux représentent une grande part". Pour lui, "la situation s'aggrave depuis plusieurs mois et va devenir explosive en 2018". "On ne peut plus continuer comme ça" somme-t-il. En riant jaune, il lâche "qu'on pourrait réaliser un tourisme de la honte sur l'île" en parodiant la célèbre émission "j'irai dormir chez vous… dans un logement insalubre".

Pour l'administrateur de la CNL, "il faut s'attendre à un après-cyclone très difficile pour des centaines, voire des milliers de réunionnais dont les logements sont en sale état".

hf/www.ipreunion.com
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !