Les agents pénitentiaires en colère :

"L'insécurité est grandissante dans les prisons"


Publié / Actualisé
Après Saint-Pierre ce lundi 22 janvier, c'est le centre de détention du Port qui est bloqué depuis ce matin, mardi 23 janvier 2018. Une trentaine d'agents empêchent l'accès à l'établissement pénitentiaire, en écho au mouvement "blocage total" initié au niveau national. L'occasion aussi pour eux de mettre en exergue "l'insécurité grandissante dans les prisons".
Après Saint-Pierre ce lundi 22 janvier, c'est le centre de détention du Port qui est bloqué depuis ce matin, mardi 23 janvier 2018. Une trentaine d'agents empêchent l'accès à l'établissement pénitentiaire, en écho au mouvement "blocage total" initié au niveau national. L'occasion aussi pour eux de mettre en exergue "l'insécurité grandissante dans les prisons".

Si à La Réunion, les cas de violences à l'encontre des agents pénitentiaires est plutôt rares, les grévistes n'en décolèrent pas: "l'insécurité est grandissante dans les prisons" s'insurge Brigitte Vélia, secrétaire à la CGT pénitentaire. Principal motif de cette insécurité, le manque de moyens humains, "il manque environ 50 agents sur les trois centres pénitentiaires pour assumer nos missions convenablement ", précise la syndicaliste.

Pour David Calogine, secrétaire général adjoint de l'UFAP UNSA justice, ce mouvement s'inscrit également dans une logique de solidarité au regard des agressions à l'encontre de ses collègues de Métropole. Le mouvement se poursuivra ce mercredi avec le blocage du centre pénitentiaire de Domenjod.

 

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !