Le bâtiment a fait sa rentrée :

BTP : Pas d'impact économique majeur après Berguitta


Publié / Actualisé
Après la semaine dernière -passée sous l'influence de Berguitta- qui devait marquer la rentrée du BTP réunionnais, la reprise s'est finalement faite ce lundi 22 janvier 2018 pour un grand nombre d'artisans. Cyrille Rickmounie, président de la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (CAPEB), explique que la tempête tropicale n'a pas eu d'impact majeur sur l'activité et espère que l'année 2018 sera meilleure que les douze derniers mois. (photo d'archives)
Après la semaine dernière -passée sous l'influence de Berguitta- qui devait marquer la rentrée du BTP réunionnais, la reprise s'est finalement faite ce lundi 22 janvier 2018 pour un grand nombre d'artisans. Cyrille Rickmounie, président de la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (CAPEB), explique que la tempête tropicale n'a pas eu d'impact majeur sur l'activité et espère que l'année 2018 sera meilleure que les douze derniers mois. (photo d'archives)

Cyrille Rickmounie, président de la CAPEB, veut garder espoir. De son propre aveu, "2017 a été une année très difficile, pour ne pas dire catastrophique". Pour la rentrée 2018 du BTP, effectuée une semaine plus tard pour bon nombres de chantiers sous l'influence de Berguitta, Cyrille Rickmounie "a bon espoir de voir l'activité repartir cette année"
 


Après le passage de Berguitta à proximité du département, le président du syndicat du batîment fait le point sur les dégâts "mineurs" causés par la tempête. Il explique "ne pas avoir fait le recensement de l'ensemble de l'activité économique" mais que "l'impact reste mineur" puisque ils "démarraient juste le boulot et donc il n'y a pas eu trop d'impact sur les journées de travail à payer". Selon lui, "ça se passe bien" :
 


Les entreprises touchées peuvent néanmoins s'adresser à la CAPEB pour être accompagnées dans les démarches d'aides explique le président :
 


Cyrille Rickmounie a enfin expliqué "qu'il ne devrait pas y avoir de gros chantiers pour les collectivités locales" en 2018. Pour le président de la CAPEB, "la seule collectivité qui a encore un peu de sous, c'est la Région Réunion" :
 


hf/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !