Les conséquences de l'après Berguitta :

Le député David Lorion interpelle le Premier ministre


Publié / Actualisé
Lors d'une séance de questions orales au Gouvernement, le député David Lorion a interpellé le Premier ministre Édouard Philippe sur les conséquences jugées "dramatiques" du passage de la tempête Berguitta dans l'île. Nous publions ci-après son communiqué. (Photo d'archives)
Lors d'une séance de questions orales au Gouvernement, le député David Lorion a interpellé le Premier ministre Édouard Philippe sur les conséquences jugées "dramatiques" du passage de la tempête Berguitta dans l'île. Nous publions ci-après son communiqué. (Photo d'archives)

 

Dans le cadre de la séance des questions au Gouvernement, en souhaitant associer l’ensemble de mes collègues députés de La Réunion, je viens d’interpeller le Premier ministre sur les dramatiques conséquences matérielles et économiques du passage de la tempête tropicale "Berguitta" sur l’île de La Réunion et sur la nécessité pour l’Etat d’agir rapidement dans les procédures d’indemnisation.  

J’ai tout d’abord rappelé que d’importants dégâts matériels avaient été provoqués par des pluies intenses entrainant des inondations généralisées, des coulées de boue, des ravinements et des éboulements. De nombreuses communes, en particulier dans le Sud, l’Est et l’Ouest de l’île, ont été durement frappées. Sous les applaudissements de la représentation nationale, j’ai rendu hommage à l’ensemble des services de secours, à l’armée et à tous ceux qui concourent au nettoyage et à la remise en l’état des infrastructures, des habitations.

J’ai ensuite insisté sur la situation préoccupante que connait l’économie réunionnaise en particulier dans les secteurs agricoles et de l’élevage, de la pêche artisanale ou encore du tourisme. J’ai demandé au Premier ministre qu’il y ait une reconnaissance rapide de l’état de catastrophe naturelle et l’ouverture du fonds de calamités agricoles pour les secteurs concernés.  Afin que sur le terrain, l’impatience ne se transforme pas en désespoir et ce désespoir en colère, le Gouvernement doit réagir promptement dans le traitement des dossiers d’indemnisation permettant un maintien de l’économie locale pour l’instant fragilisée.

En réponse à mon intervention, Mme Jacqueline GOURAULT, Ministre auprès du Ministre de l’Intérieur a reconnu que la situation a été catastrophique pour un certain nombre de personnes et m’a informé que le Premier ministre a donné son accord pour que soit examiné en procédure accélérée les demandes de reconnaissance par l’Etat de catastrophes naturelles formulées par les communes.

Pour faire le point, une réunion est prévue avec les services de l’Etat, les collectivités locales et Météo-France le lundi 29 janvier prochain. Par ailleurs, est actuellement examiné par le Gouvernement la possibilité de faire intervenir le fonds de secours pour les outre-mer afin de permettre l’indemnisation des dégâts matériels non assurés. Avec mes collègues réunionnais, je veillerai à ce que le Gouvernement prenne bien les mesures de soutien nécessaires à la population et au redémarrage économique de l’île.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !