À La Possession ce samedi :

Greenpeace a dénoncé "l'influence des lobbies sur l'assiette de nos enfants"


Publié / Actualisé
Ce samedi 27 janvier à La Possession, les militants de Greenpeace ont sensibilisé le public aux enjeux de la surconsommation de protéines animales. "Entre deux et six fois trop de protéines sont servies dans les cantines scolaires par rapport aux recommandations de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (ANSES). Cette surreprésentation des protéines est due au lobbying intensif des filières viande et produits laitiers, dénoncé par Greenpeace dans un rapport publié lundi 4 décembre" explique le collectif dans son communiqué que nous publions ci-après. (photo d'illustration)
Ce samedi 27 janvier à La Possession, les militants de Greenpeace ont sensibilisé le public aux enjeux de la surconsommation de protéines animales. "Entre deux et six fois trop de protéines sont servies dans les cantines scolaires par rapport aux recommandations de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (ANSES). Cette surreprésentation des protéines est due au lobbying intensif des filières viande et produits laitiers, dénoncé par Greenpeace dans un rapport publié lundi 4 décembre" explique le collectif dans son communiqué que nous publions ci-après. (photo d'illustration)

"Entre deux et six fois trop de protéines sont servies dans les cantines scolaires par rapport aux recommandations de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (ANSES). Cette surreprésentation des protéines est due au lobbying intensif des filières viande et produits laitiers, dénoncé par Greenpeace dans un rapport publié lundi 4 décembre.

Ce samedi 27 janvier, les militant-e-s de Greenpeace ont sensibilisé le public aux enjeux de la surconsommation de protéines animales. Une installation visuelle représentait les quantités démesurées de protéines animales servies dans les cantines. En parallèle, les militant.e.s ont proposé aux passants de découvrir des recettes sans viande ni produits laitiers.



- Des interventions jusque dans les écoles - 

Contrairement aux idées reçues, la surconsommation de viande et de produits laitiers peut avoir un impact très néfaste sur la santé, notamment celle des enfants, entraînant des risques de surpoids et obésité. Chez l’adulte, l’alimentation d’aujourd’hui, riche en graisses et centrée autour d’aliments d’origine animale, a entraîné une augmentation des maladies chroniques d’origine nutritionnelle comme le diabète.

Côté climat, l’élevage a des conséquences directes sur le changement climatique, étant responsable de plus de 14 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre . L’élevage industriel détériore les ressources en eau en perturbant les équilibres et en polluant les cours d’eau, et il est également à l’origine des 2/3 de la déforestation en Amazonie brésilienne. Il existe pourtant des formes d’élevage écologique qui rendent de nombreux services écosystémiques.

- Deux repas végétariens par semaine -

Greenpeace France demande au Président Emmanuel Macron l’encadrement des lobbies de la viande et des produits laitiers dans les instances de décisions et surtout l’interdiction de leur intervention dans les écoles.

L’organisation demande également au président d’introduire deux repas végétariens par semaine dans les cantines scolaires d’ici à 2020. "Il est très important que le repas servi à la cantine soit représentatif de ce qui est bon pour la santé et bon pour la planète, explique Laure Ducos, chargée de campagne Agriculture pour Greenpeace France. Donc moins de viande, plus de protéines végétales, le tout de meilleure qualité avec du bio et du local, bien cuisiné pour que ça plaise aux enfants". Une pétition a été lancée en ce sens". 

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !