Si aucun accord n'est trouvé avec la SAMR :

Des dockers menacent de se mettre en grève


Publié / Actualisé
Selon la Fédération CGTR Ports et Docks, la Société d'acconage et de manutention de La Réunion (SAMR) ne respecterait pas la procédure pour le renouvellement des Instances représentatives du personnel (IRP). Contacté ce lundi matin 5 février 2018, le secrétaire général du syndicat Danio Ricquebourg menace d'une gréve si les choses n'évoluent pas. Une distribution de tracts a eu lieu ce lundi au port Est afin de sensibiliser les dockers. (Photo d'archives)
Selon la Fédération CGTR Ports et Docks, la Société d'acconage et de manutention de La Réunion (SAMR) ne respecterait pas la procédure pour le renouvellement des Instances représentatives du personnel (IRP). Contacté ce lundi matin 5 février 2018, le secrétaire général du syndicat Danio Ricquebourg menace d'une gréve si les choses n'évoluent pas. Une distribution de tracts a eu lieu ce lundi au port Est afin de sensibiliser les dockers. (Photo d'archives)

 

"Nous allons rencontrer le DRH de la SAMR ce lundi pour que l’on trouve une solution. Ils ne respectent pas non plus l’accord national signé en octobre qui indiquait qu’il fallait engager des négociations sur les IRP et cet accord concernait aussi le dialogue social. Si jamais aucune solution, nous réunirons les camarades et nous déciderons d’ici mercredi si nous ferons grève ou non", indique le syndicaliste.

"Cet acconier a eu un problème avec les transporteurs de conteneurs. Il a maintenant un problème avec la CGTR", ajoute-t-il. Les transporteurs de conteneurs ont effectivement mené une action le 24 janvier dernier. Ils ont arrêté de venir récupérer leurs conteneurs l’espace d’une journée afin de protester contre le temps d’attente qu’ils jugeaient trop longs pour venir récupérer leurs boîtes métalliques. Un accord a ensuite été signé entre les deux parties afin de réduire ces délais.

Lire aussi : Les conteneurs ne sortent plus à compter de mercredi

"Nous avons contacté l’inspection du travail et de la Direction de la SAMR qui n’a eu que du mépris pour nous", commente Danio Ricquebourg. Il décrit également "des conditions de travail et de sécurité qui se détériorent" depuis la mise en place du hub de transbordement de la CMA-CGM, le groupe qui détient la SAMR. "Ce sont des pratiques patronales d’un autre temps", précise-t-il.

ts/www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

CHABAN, Posté
-----des négociations sur les IRP et concen le dialogue social.----

Petite manque dans le texte.