[GRÈVE AU CHU] Le syndicat obtient des garanties de la direction (actualisé) :

La CFDT suspend sa grève


Publié / Actualisé
Une réunion du bureau syndical de la Confédération française démocratique du Travail (CFDT) "Santé-Sociaux" s'est tenue à 14 heures ce mardi 6 février 2018 au Centre hospitalier universitaire (CHU) à l'hôpital de Bellepierre à Saint-Denis. Ses membres décident de suspendre leurs actions dans le cadre du mouvement de grève illimitée engagé depuis le mardi 30 janvier dernier et vont retirer leur dispositif installé sur le site nordiste. "Nous avons réussi à obtenir la convocation d'un nouveau Comité technique d'établissement entre les syndicats et la direction le 14 février, le jour de la Saint-Valentin. La direction va représenter à nouveau le dossier du plan de retour à l'équilibre mais en y ajoutant un volet social. Nous ne voulons pas donner pas de chèque en blanc à la direction. La grève peut reprendre", alerte Jean-Marc Vélia, secrétaire de la CFDT. (Photo d'archives)
Une réunion du bureau syndical de la Confédération française démocratique du Travail (CFDT) "Santé-Sociaux" s'est tenue à 14 heures ce mardi 6 février 2018 au Centre hospitalier universitaire (CHU) à l'hôpital de Bellepierre à Saint-Denis. Ses membres décident de suspendre leurs actions dans le cadre du mouvement de grève illimitée engagé depuis le mardi 30 janvier dernier et vont retirer leur dispositif installé sur le site nordiste. "Nous avons réussi à obtenir la convocation d'un nouveau Comité technique d'établissement entre les syndicats et la direction le 14 février, le jour de la Saint-Valentin. La direction va représenter à nouveau le dossier du plan de retour à l'équilibre mais en y ajoutant un volet social. Nous ne voulons pas donner pas de chèque en blanc à la direction. La grève peut reprendre", alerte Jean-Marc Vélia, secrétaire de la CFDT. (Photo d'archives)

 

Le secrétaire général de la CFDT Expédit Lock-Fat se sastisfait de l'issue trouvée avec la direction. "Nous suspendons la grève. Nous avons obtenu la titularisation de 150 contractuels chaque année. L'Agence régionale de santé va aussi accompagner financièrement les personnels qui souhaitent partir dans le cadre du  plan de départ volontaire à la retraite. Il y aura aussi un suivi du personnel avec les agents qui ont été rappellés sur leurs temps de repos règlementaire. Le but est de détecter les cas de burn out et de faire un état des lieux", précise-t-il.

Après la réunion de négociations ce lundi 5 février à Saint-Paul avec le directeur général du CHU, Lionel Calenge, les propositions de ce dernier satisfont l'organisation.

"Nous nous sommes réunis ce mardi matin et cet après-midi. Nous allons enlever les chapiteaux et les banderoles. La direction a répondu à nos propositions sur le volet social. Notamment sur différents points de suivi du personnel concerné par les suppressions de postes non-remplacés dans le cadre des départs à la retraite et sur les 1.200 contractuels du CHU", a expliqué le syndicaliste Jean-Marc Vélia.

Lire aussi : Malgré des négociations entre la CFDT et la direction - La grève continue au CHU

Son syndicat a débuté une grève illimitée le mardi 30 janvier devant le CHU Nord à Bellepierre. Le mouvement n'a eu aucune conséquence sur le fonctionnement de l'établissement en raison du service minimum instauré dans le cadre des réquisitions obligatoires. La CFDT a contesté plusieurs points du plan de retour à l'équilibre (PRE) de la direction.

Ce PRE prévoit la suppression de 155 postes non-remplacés dans le cadre de départ à la retraite ou encore la fermeture de lits d'hospitalisation dans plusieurs établissements et des lits d'hospitalisation à l'hôpital de Cilaos. Force ouvrière et la CFTC "Santé-Sociaux" maintiennent, eux, leur préavis de grève valable à partir de ce mercredi 7 février dans tous les établissements hospitaliers de l'île. Ils protestent contre ce plan de retour à l'équilibre jugé inapplicable en l'état.

"Force ouvrière entre dans la danse. Nous voulons maintenir la pression jusqu'au Comité technique d'établissement du 14 février. FO sera devant le CHU Nord ce mercredi dès 5 heures du matin pour une distribution de tracts au personnel. Nous ne bloquerons pas la route. Nous ne changeons pas de ligne. Nous demanderons à Lionel Calenge en CTE comment arriver à garantir une continuité de soins avec moins de personnel", indique David Belda, secrétaire général de FO.

S'ils n'obtiennent pas de réponse satisfaisante, son organisation envisage de durcir le mouvement. Léonel Camatchy, vice-président de la CFTC "Santé-Sociaux", se trouve sur la même ligne que lui. Il maintient bien le mouvement social. La décision prise par la CFDT ne change rien.

"Nous disons non aux suppressions de poste. Le projet social et médical dit être plus ambitieux. 100 contrats aidés n'ont pas été renouvelés fin 2017. Avec les 155 suppressions de postes, on revient à 255, le nombre de postes que voulait supprimer la direction en mars 2017. Nous n'avons jamais été contre le COPERMO. Il fallait financer le bâtiment de Saint-Pierre mais pas à n'importe quel prix mais à aucun moment, on a parlé d'un plan de retour à l'équilibre", lance-t-il.

Lire aussi : CHU - Rassemblement devant l'hôpital de Bellepierre et embouteillages

Le syndicaliste s'exprime également à propos de la grève déclenchée après la CFDT qui a commencé son mouvement le 30 janvier dernier. "Une commission administrative paritaire a été reportée en décembre et en janvier. Elle décide de la notation et de l'avancement des agents. Nous ne pouvions pas nous permettre de la reporter une nouvelle fois avec une grève en pénalisant les agents", commente-t-il.

Lui non plus n'envisage pas de blocage de l'établissement afin de pas pénaliser les agents. Le syndicat va lui aussi concentrer son mouvement devant le CHU Nord de Bellepierre.

Pour rappel, le Comité interministériel de la performance et de la modernisation de l'offre de soins (COPERMO) a examiné ce mercredi 31 janvier à Paris la situation du Centre hospitalier universitaire de La Réunion (CHU). Une décision favorable a été rendue concernant la reconstruction du bâtiment central de l'hôpital de Saint-Pierre et le plan de retour à l'équilibre. Ce PRE prévoit de faire 30 millions d'euros d'économie sur 4 ans dès cette année. Les syndicats ont voté contre à la Comission technique d'établissement.

Plusieurs chefs de service et de chefs de pôle du Centre hospitalier universitaire (CHU) ont démissionné de leur fonction ce mardi 30 janvier 2018. 34 démissions enregistrées seront transmises à la direction générale du CHU. Cette initiative vise à protester contre le plan de retour à l'équilibre (PRE) et contre le directeur général Lionel Calenge dont les représentants du FAFPHR demandent le départ en raison du déficit actuel de l'établissement dont il serait responsable à leurs yeux.

ts/www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Hospitalier, Posté
Ils vont demander des choses en CTE obtenue par la grève de la CFDT, ils viennent récupérer le travail des autres...
le préavis de la CFTC , qui a vu?