[VIDÉO] L'état de catastrophe naturelle déclaré en Afrique du Sud :

Le Cap - Bientôt il n'y aura plus d'eau au robinet


Publié / Actualisé
Le Cap connaît depuis plusieurs mois une sécheresse sans précédent. Du jamais vu en 100 ans. La grande ville du sud-ouest d'Afrique du Sud de 4 millions d'habitants risque de connaître la rupture de l'approvisionnement en eau potable. Il s'agit du "Jour zéro" fixé dans un premier temps au mois d'avril avant d'être reporté à juin 2018 par la municipalité de la cité. Les autorités du pays ont déclaré le mardi 13 février l'état de catastrophe naturelle.
Le Cap connaît depuis plusieurs mois une sécheresse sans précédent. Du jamais vu en 100 ans. La grande ville du sud-ouest d'Afrique du Sud de 4 millions d'habitants risque de connaître la rupture de l'approvisionnement en eau potable. Il s'agit du "Jour zéro" fixé dans un premier temps au mois d'avril avant d'être reporté à juin 2018 par la municipalité de la cité. Les autorités du pays ont déclaré le mardi 13 février l'état de catastrophe naturelle.

 

Cette décision publiée dans le Journal officiel a été actée après "réévaluation de l’ampleur et de la gravité de la sécheresse actuelle." La gestion de cette situation de crise revient désormais au gouvernement sud-africain. Toutes les institutions doivent désormais mettre en œuvre les "plans d’urgence, l’aide immédiate et les mesures de construction" indispensables. Les réserves d’eau se retrouvent désormais au plus bas. Les robinets ne vont pas tarder à être à sec.

Le niveau d’eau dans les barrages, constituant la première source d’approvisionnement de la mégapole, est extrêmement bas. Le Jour zéro a été programmé à juin prochain. Cette échéance correspond au moment où les réserves d'or bleu de la ville atteindront le stade critique de 13,5% de leurs capacités. Actuellement, elles seraient déjà inférieures à moins de 27%. Les quatre millions d’habitants du Cap doivent désormais utiliser 50 litres d’eau par personne et par jour au maximum. Cela représente une douche de trois minutes par jour.

Lire aussi : Afrique du Sud - Le Cap face à une pénurie d'eau sans précédent

Regarder ci-dessous le reportage effectué par l’AFP TV à propos du Jour zéro. Les habitants expliquent comment ils s’adaptent à ces restrictions. Les zones les plus riches du CAP représentent 65 % de la consommation de la cité captonienne. Et les plus pauvres seulement 5%.
 


Les autorités ont promis de donner des amendes aux captoniens ne respectant pas ces restrictions. Des menaces pas encore mise à exécution pour le moment. Si le jour fatidique arrive, ils vont devoir se ravitailler aux 200 points de collecte mis en place. 25 litres d’eau par personne et par jour seront distribués. La semaine dernière, la consommation de la ressource a été de 526 millions de litres par jour a indiqué l’un des adjoints de la municipalité du Cap.

Selon la ville, cette menace surpasse "tout ce qu'une ville majeure a pu connaître depuis la Seconde guerre mondiale et les attentats du 11-Septembre", a précisé Helen Zille, Premier ministre du gouvernement de la province du Cap Occidental. Alors, comment Le Cap en est arrivé là ? Alimentée en eau par six barrages dans l'arrière-pays et des nappes phréatiques, la ville est aujourd'hui frappée par sa pire sécheresse depuis un siècle.

En cause notamment, le phénomène El Nino qui a amené à un déplacement des précipitations vers l'océan plutôt que vers les terres. Résultat, des nappes phréatiques presque sèches comme le montre cette vidéo de la NASA de l'évolution de la sécheresse sur le territoire.

ts/www.ipreunion.com avec AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !