[VIDÉO] Jean-Claude Mailly, secrétaire général national FO :

Luttes sociales : "nous ne sommes pas dans une période de grande conquête"


Publié / Actualisé
Le secrétaire général national du syndicat Force Ouvrière Jean-Claude Mailly est en visite à La Réunion pour deux jours. Il revient avec nous sur l'état du syndicalisme en France, la période de faible mobilisation sociale et la place du numérique. Entretien.
Le secrétaire général national du syndicat Force Ouvrière Jean-Claude Mailly est en visite à La Réunion pour deux jours. Il revient avec nous sur l'état du syndicalisme en France, la période de faible mobilisation sociale et la place du numérique. Entretien.

En avril prochain, lors de l'assemblée générale de FO, il quittera son poste. Secrétaire général du syndicat depuis 2004, Jean-Claude Mailly est venu à La Réunion "pour voir la situation actuelle des choses". Il rencontre notamment la filiale locale du syndicat, le préfet Amaury de Saint-Quentin ou encore la députée Ericka Bareigts.

Entre deux rendez-vous, il fait le point avec nous sur l'état actuel de la lutte sociale à travers le pays. Pour lui, la baisse de la mobilisation sociale est une histoire "de période". "Dans l'état actuel du syndicalisme globalement on ne perd pas d'adhérents. Mais il est vrai, que ça soit en France ou dans les pays étrangers, ce n'est pas une période grande conquête" estime-t-il. Selon le syndicaliste, "la situation est difficile, et on essaye plus souvent de conserver ce que l'on a avant de pouvoir gagner autre chose".  Jean-Claude Mailly ne se montre pas fataliste pour autant et appelle "à tenir" et se dit "persuadé que les choses vont tourner".
 


- "Les gens se disent : 'on va voir ce que tout ça donne'"-

Comment expliquer alors cette "période" de flottement dans la lutte sociale ? "Il y a des mobilisations quand il y a des problèmes particuliers. Il y a les fonctionnaires, la fonction publique d'état et la fonction hospitalière le 22 mars prochain par exemple". D'après lui, "pour le moment, on n'est pas dans une phase où il y a une mobilisation générale interprofessionnelle, et ce pour différentes raisons". D'abord, "les gens se disent : 'on va voir ce que tout ça donne'. Le 'tout ça' c'est depuis l'élection présidentielle". Autres faits selon lui, "il n'y a pas de sentiment qu'il y ait d'alternatives" ou encore l'idée qu'"il y a une crise de la représentation politique et pas simplement chez nous".

 

 

À l'heure du tout numérique et de la puissance des réseaux sociaux, Jean-Claude Mailly assure aussi "leur trouver une utilité". L'exemple le plus récent de leur intérêt remonte aux révolutions arabes, où leur rôle a pu être déterminant durant les évènements. Mais pour le syndicaliste, "quand c'est nécessaire, se mobiliser devient important pour une manifestation ou pour une grève". Même s'il rappelle, "qu'en cas de grève on perd du salaire donc ce n'est pas forcément évident pour tout le monde".

- À l'assemblée, "reconstituer les réseaux ultra-marins" -

Réprimandé par FO PTT Réunion qui s'est étonné de ne pas avoir été prévenu de sa visite à La Réunion, Jean-Claude Mailly répond avec le sourire : "ce sont des bisbilles qui ne m'intéressent guère". "C'est comme dans toutes les familles, ce n'est pas grave" rajoute-t-il.

"Pris par ailleurs" durant la mobilisation de ce jeudi devant la préfecture de Saint-Denis contre la suppression de l'APL accession, le syndicaliste assure "soutenir l'objectif" de la manifestation. Pour lui, "supprimer ce droit est une connerie, cela a un impact clair pour l'activité du bâtiment et les personnes concernées".

Le syndicaliste est par ailleurs revenu sur "le sentiment d'oubli" des départements d'Outre-mer. "Régulièrement, on nous dit qu'on a le sentiment d'être loin de ce qui se passe en métropole et c'est parfois vrai. Y compris, des choses qui se règlent dans des ministères par quelques technocrates dans un coin et qui n'ont jamais mis les pieds en Outre-mer. Et qui avec des décisions prises sans en mesurer les conséquences". Il note qu'à l'Assemblée nationale, "il y a aujourd'hui beaucoup de nouveaux, y compris dans les réseaux ultra-marins qu'il faut reconstituer".

hf/www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Henri, Posté
Il serait plus juste d'avouer que vous êtes dans une période ou vous tentez juste d'essayer de sauver les meubles !