Environnement :

Office de l'eau : "Les services publics d'assainissement continuent leur modernisation"


Publié / Actualisé
À La Réunion, le traitement des eaux usées se fait à part égale entre l'assainissement collectif et l'assainissement non collectif, indique l'Office de l'eau Réunion dans son état des lieux des services publics d'assainissement de l'île. L'office remarque aussi que "les services publics d'assainissement continuent leur modernisation". Nous publions ci-dessous le communiqué de l'office (Photo d'illustration)
À La Réunion, le traitement des eaux usées se fait à part égale entre l'assainissement collectif et l'assainissement non collectif, indique l'Office de l'eau Réunion dans son état des lieux des services publics d'assainissement de l'île. L'office remarque aussi que "les services publics d'assainissement continuent leur modernisation". Nous publions ci-dessous le communiqué de l'office (Photo d'illustration)

En assainissement collectif, les collectivités se sont engagées dans d’importants programmes visant à améliorer la gestion des eaux résiduaires. Ainsi, en 2016, ce sont plus de 26 millions de mètres cube d’eaux usées qui ont été collectés et traités en station d’épuration collective, avant d’être rejetés dans le milieu naturel.

En matière de traitement des eaux usées, 13 collectivités organisatrices ont en charge 16 stations d’épuration depuis 2017. En effet, plusieurs communes acheminent leurs eaux usées vers une station située sur une commune voisine. Les modes de gestion sur le volet traitement se répartissent entre la concession (2), l’affermage (9) et la régie (3).

La Créole exploite en régie les deux stations d’épuration communales sur le territoire de Saint-Paul. Le parc des ouvrages d’épuration est relativement jeune à La Réunion. Ainsi, sur 16 stations d’épurations en fonctionnement, 14 dispositifs ont moins de 8 ans. 

L’assainissement non collectif, ANC, concerne les installations de traitement des eaux usées domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées. En ANC, les collectivités sont en charge des missions de contrôle des installations à travers le Service public d’assainissement non collectif (SPANC).

Les territoires du Tampon et de Saint-Paul regroupent le nombre le plus important d’habitants relevant de l’ANC, avec plus de 54 000 habitants chacun. A l’inverse, au Port, moins de 2 500 personnes sont équipées en assainissement autonome, soit environ 6% de la population portoise. L’évolution de la part de l’assainissement non collectif à la Réunion sur les dernières années montre une diminution significative de ce mode de traitement à la parcelle au profit de l’assainissement collectif.

Plus d'information sur le site www.eaureunion.fr

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !