434 cas depuis le début de l'année :

Dengue : 110 nouveaux cas enregistrés la semaine dernière


Publié / Actualisé
La dengue se propage sur l'île. Au cours de la semaine dernière (du 12 au 18 mars), 110 cas de dengue ont été confirmés, portant à 434 le nombre total de cas autochtones signalés en 2018. L'épidémie de dengue en cours se poursuit dans les zones de circulation connues dans l'Ouest et le Sud.
La dengue se propage sur l'île. Au cours de la semaine dernière (du 12 au 18 mars), 110 cas de dengue ont été confirmés, portant à 434 le nombre total de cas autochtones signalés en 2018. L'épidémie de dengue en cours se poursuit dans les zones de circulation connues dans l'Ouest et le Sud.

Les fortes pluies associées à des températures de saison élevées, sont très favorables au développement des moustiques vecteurs de la dengue. Aussi, afin de contrôler l’ampleur de l’épidémie, la mobilisation de l’ensemble de la population et des acteurs est attendue.

Dans l’Ouest :

à Saint-Paul :
- Bois de Nèfles et La Plaine (15 cas),
- Gare routière et Etang (24 cas),
- Jacquot (4 cas),
- Le Ruisseau (3 cas),
- Plateau Caillou (2 cas)
- Grande Fontaine (3 cas)

à La Possession, Le Port, Saint-Gilles-les-Bains, et Saint-Leu
- Possession (5 cas),
- Rivière des Galets et centre-ville du Port (8 cas),
- Cap champagne (5 cas),
- Saint-Leu / Pointe des châteaux (4 cas)

Dans le Sud :

à Saint-Pierre : Bois d’Olives (9 cas)

Des cas isolés sont également mis en évidence à Saint-Pierre et au Tampon. Au total depuis le début de l’année 2017, ont été confirmés : 528 cas autochtones, dont 27 hospitalisations (15 en 2018 et 12 en 2017) et 9 cas importés.

Par conséquent, l'ARS Océan Indien maintient le niveau 2B du dispositif ORSEC de lutte contre les arboviroses "Intensification de la circulation virale autochtone et risque d’évolution vers une épidémie").

L’épidémie de dengue en cours devrait se maintenir au cours des semaines à venir avec les conditions météorologiques actuelles propices au développement du moustique vecteur. La mobilisation de l’ensemble de la population, mais également, des acteurs de la santé est nécessaire pour contrôler l’ampleur de l’épidémie.

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Oté, Posté
En dehors de la comptabilisation des cas et du suivi statistique (une addition ) de l'évolution de l'épidémie, qu'ont fait à ce jour et que font les pouvoirs publics compétents afin d'éviter une nouvelle catastrophe sanitaire et économique annoncée après celle du chik ? A ce sujet, écoutez la "très bonne publicité faite " au tourisme réunionnais faite ce matin sur France Inter à ce sujet ?