Des répulsifs antimoustiques dans du chocolat :

Ces produits bio qui ne le sont pas vraiment


Publié / Actualisé
Ce jeudi 22 mars 2018, le magazine "60 millions de consommateurs" a épinglé plusieurs produits estampillés "bio". Selon une série de tests effectués par l'association, certains contiennent des "substances indésirables". Si les "résultats s'avèrent globalement bons" pour le café et le sucre de cane, ce n'est pas le cas des huiles d'olive et du chocolat.
Ce jeudi 22 mars 2018, le magazine "60 millions de consommateurs" a épinglé plusieurs produits estampillés "bio". Selon une série de tests effectués par l'association, certains contiennent des "substances indésirables". Si les "résultats s'avèrent globalement bons" pour le café et le sucre de cane, ce n'est pas le cas des huiles d'olive et du chocolat.
"Alors que le bio se multiplie dans les rayons, nos analyses montrent que certaines marques contiennent des traces de substances indésirables" déplore le magazine 60 millions de consommateurs. L'association a effectué une série de tests sur sept familles de produits bio d'épicerie largement importés tels que le riz, le café, le chocolat, le quinoa, le sucre de canne, l'huile d'olive et le miel.
 
Si les résultats sont "globalement bons" pour le café et le sucre de canne, ce n'est pas le cas des huiles d'olive, par exemple. Cinq produits "contiennent des résidus de pesticides et six des plastifiants". Selon le collectif, il pourrait s'agir des contenants ou des joints de machines utilisés sur la chaîne de production. Même chose pour le chocolat, dont deux plaquettes estampillées bio et en provenance d'Équateur contiennent des traces de répulsifs anti-moustiques. Dans ce cas, cela pourrait venir des ouvriers chargés des plantations de cacaoyers. Afin d'éviter les maladies comme la dengue ou le virus Zika, ils s'enduisent de répulsifs anti-moustiques... qui se retouvent dans le chocolat.
 
"C’est pourquoi 60 millions de consommateurs réclame la mise en place d’une limite réglementaire plus exigeante pour les produits bio… à la hauteur des exigences du consommateur de produits bio" conclut l'enquête.
 
 
www.ipreunion.com

 

   

2 Commentaire(s)

Picpic, Posté
Le bio nouvel eldorado. Oui il faut rapidement redéfinir un cahier des charges plus pointu, au risque de vulgariser l’appellation
Be che relle , Posté
Et le bescherelle dit quoi ? et le sucre de cane , Si les résultats sont "globalement blons" , deux plaquettes estampillés ? plantations de cacoyers ? Vous avez fumé Quoi ? (Rien de particulier, rassurez-vous Be che relle, et les fautes de frappe sont corrigées grâce à vous, merci -webmaster)