Les agents Réunionnais réclament l'égalité de traitement :

La BNPParibas en grève


Publié / Actualisé
Ce vendredi 6 avril 2018, les salariés de la BNPParibas se sont rassemblés devant l'agence de Saint-Denis. Les salariés, en grève depuis deux jours, protestent contre l'inégalité salariale qui persistent au sein de l'entreprise. Ils réclament les mêmes primes que leurs collègues de métropole et des Antilles qui perçoivent des primes d'intéressement jusqu'à trois fois supérieure à la leur. Paul Junot, le délégué syndical CFTC à BNPParibas estime que les salariés réunionnais subissent une "inégalité de traitement" compte tenu des performances des agences bancaires locales.
Ce vendredi 6 avril 2018, les salariés de la BNPParibas se sont rassemblés devant l'agence de Saint-Denis. Les salariés, en grève depuis deux jours, protestent contre l'inégalité salariale qui persistent au sein de l'entreprise. Ils réclament les mêmes primes que leurs collègues de métropole et des Antilles qui perçoivent des primes d'intéressement jusqu'à trois fois supérieure à la leur. Paul Junot, le délégué syndical CFTC à BNPParibas estime que les salariés réunionnais subissent une "inégalité de traitement" compte tenu des performances des agences bancaires locales.

Une musique assourdissante résonnait ce matin dans les locaux de la BNPParibas à Saint-Denis. Les salariés en grève n'assuraient pas l'accueil des clients, sauf "un service minimal géré par les contrat pro", précise Paul Junot le délégué syndical CFTC à BNPParibas.

Ces salariés réclament une égalité de traitement. Selon Paul Junot, les salariés des agences de la BNPParibas de La Réunion ne bénéficient pas, à performance égale, des mêmes avantages que leurs collègues de métropole ou des Antilles. Ils réclament l'alignement des primes d'intéressement sur les les montants qu'obtiennent leurs collègues travaillant pour "la maison mère". Ils veulent obtenir "exactement les mêmes montants que leurs collègues des Antilles et de la Métropole". Paul Junot explique "il y a une différence de 1 à 3 dans les primes d'intéressement. Quand nous percevons une prime d'intéressement de 500 euros, un collègue métropolitain, pour les mêmes performances peut obtenir jusqu'à 1500 euros."

Depuis deux jours, les agents de la BNPParibas locale sont en grève avec à leurs côtés l'intersyndicale CFTC - CFDT BNPParibas. La grève est amené à se poursuivre "compte tenu du non avancement des négociations", précise le délégué syndical.

 

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !