[VIDEO] L'Hermitage - Ils sont qualifiés de "prisonniers de guerre" (actualisé) :

Deux hommes en garde à vue pour avoir dégradé des paillotes


Publié / Actualisé
Ce dimanche 8 avril 2018 en début de soirée, deux hommes ont été placé en garde à vue suite à la dégradation des paillotes de l'Hermitage. Selon nos confrères de Réunion 1ère, il pourrait être poursuivi pour "dégradation de biens en réunion". Plusieurs restaurants de plage ont été détériorés lors d'une manifestation anti-paillotes. Ils ont rouvert leurs portes dès ce lundi. Jusque tard dans la soirée de ce lundi, la famille et les proches de l'un des deux hommes gardés à vue sont restés rassemblés devant la gendarmerie de Saint-Gilles. Le père de ce jeune homme appelle à la solidarité et soutient que les actions de dimanche ont été menées contre "in nafèr ilégal". Soutien des deux hommes, Alexandre Lai-Kane-Cheong (Croire et oser) parle de "prisonniers de guerre"
Ce dimanche 8 avril 2018 en début de soirée, deux hommes ont été placé en garde à vue suite à la dégradation des paillotes de l'Hermitage. Selon nos confrères de Réunion 1ère, il pourrait être poursuivi pour "dégradation de biens en réunion". Plusieurs restaurants de plage ont été détériorés lors d'une manifestation anti-paillotes. Ils ont rouvert leurs portes dès ce lundi. Jusque tard dans la soirée de ce lundi, la famille et les proches de l'un des deux hommes gardés à vue sont restés rassemblés devant la gendarmerie de Saint-Gilles. Le père de ce jeune homme appelle à la solidarité et soutient que les actions de dimanche ont été menées contre "in nafèr ilégal". Soutien des deux hommes, Alexandre Lai-Kane-Cheong (Croire et oser) parle de "prisonniers de guerre"

Les deux hommes ont été interpellés dans la soirée de ce dimanche, l'un à Sainte-Anne (Saint-Benoît) et le second à Saint-Paul.Plusieurs auditions ont eu lieu dans la journée et d'autres devraient se tenir dans les prochaines heures. Les deux hommes pourraient être présentés au parquet ce mercredi.

Mardi soir, accompagné de proches et d'amis, le père du jeune homme interpellés à Sainte-Anne s'est rendu devant les locaux de la gendarmerie de Saint-Gilles. Dsn une vidéo postée sur les réseaux sociaux, il dit que son fils va bien. Il réaffirme que les actions menées ce dimanche ont été menées contre des consructions illégales. Le père de famille fait référence à la décision du tribunal administratif suspendant les autorisations d'occupation temporaire du domaine maritime par les paillotes. Rendu le 16 mars dernier, le jugement n'a toujours pas été appliqué par l'Etat. Le père de famille apporte son soutien à son fils et à l'autre manifestant en garde à vue. Il appelle à la solidarité. Dans la même vidéo, Alexandre Lai-Kane-Cheong (Croire et oser) et soutien quaifiés les deux hommes gardés à vue de "prisonniers de guerre". Regardez :

Les heurts de dimanche sont survenus lors d'une manifestation où plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées à l'appel du KURR (Kolektif Union Rényoné responsab) pour protester contre les paillotes sur le sable.

Lire aussi - La protestation bat son plein sur le sable

Ce collectif et celui de défense du domaine public maritime (DPM) regrettent notamment la non-application à ce jour de la décision du tribunal administratif, rendue le 16 mars dernier. Cette dernière suspend les autorisations d'occupation temporaires délivrées à six établissements de plage.

www.ipreunion.com

 

   

2 Commentaire(s)

Aterla, Posté
Les construction sont illégales.
Cependant dans un état de droit on ne fait pas justice soi-même, même quand la justice est lente. Et je ne crois pas que les gens normaux veulent vivre dans ce genre de pays où on fait justice soi-même.
Et en plus, non, on n'est pas un pays en guerre, dieu merci.
Israel, Posté
Espérons que l on empêche également les tentes sur la plage et les BBQ interdits sur les plages; les réveillons de la st sylvestre. et autres beuveries.