Secteur privé, secteur public et étudiants dans la rue (actualisé) :

"Nou lé pa plis nou lé pas moin"


Publié / Actualisé
Une journée d'action nationale est organisée ce jeudi 18 avril 2018 à l'initiative de la CGTR, la FSU et l'UNEF. Cette manifestation interprofessionnelle entend réunir sous une même bannière toutes les professions du secteur privé et public, mais aussi les étudiants de toute l'île contre les différentes réformes amorcées par le gouvernement. Les syndicats appellent au rassemblement en écho aux différents mouvements sociaux qui paralysent la France depuis plusieurs semaines. Les manifestants et l'intersyndicale se sont retrouvés à 9 heures au petit marché à Saint-Denis. Ils ont commencé à défiler dans les rues de Saint-Denis peu avant 10h30.
Une journée d'action nationale est organisée ce jeudi 18 avril 2018 à l'initiative de la CGTR, la FSU et l'UNEF. Cette manifestation interprofessionnelle entend réunir sous une même bannière toutes les professions du secteur privé et public, mais aussi les étudiants de toute l'île contre les différentes réformes amorcées par le gouvernement. Les syndicats appellent au rassemblement en écho aux différents mouvements sociaux qui paralysent la France depuis plusieurs semaines. Les manifestants et l'intersyndicale se sont retrouvés à 9 heures au petit marché à Saint-Denis. Ils ont commencé à défiler dans les rues de Saint-Denis peu avant 10h30.

Le défilé des grévistes est en cours. "Nou lé pa plis, nou lé pas moin" répètent-ils en boucle. 

Notre live est à découvrir ici : 

Aujourd’hui l’intersyndicale prévoit le rassemblement de tous les corps de métiers du secteur privé comme du secteur public. Le BTP, la santé, l'enseignement, la fonction publique territorial, les retraités,les étudiants, tous, sont appelés à manifester.

Ils  manifestent contre toutes les réformes du gouvernement qui touchent toute la société.Les étudiants, touchés par les mouvements de protestation qui gagne l’enseignement supérieur contre la réforme de l’université et ParcourSup, se joindront aussi au mouvement. Selon les syndicats, les étudiants sont "inquiets pour leur avenir, la casse du code du travail les mettent face à un avenir précaire".

L’intersyndicale ajoute "ces perturbations sont à prévoir sur la longue durée, en mai les mouvements de grèves vont se poursuivre".

La fonction publique était déjà descendue dans la rue le 22 mars dernier. La manifestation qui s’était déroulée pendant les vacances scolaires avait réuni environ 1000 personnes.Les revendications des syndicats portaient notamment sur l'abrogation du jour de carence, le nouveau plan de titularisation des contractuels ainsi que la suppression annoncée de 120 000 postes.

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !