Elles prendront des mesures de l'athmosphère :

Saint-Denis : Météo France lâche des sondes d'observation automatiques


Publié / Actualisé
Depuis mercredi 18 avril 2018, Météo France lâche des ballons-sondes d'observation totalement autonomes dans le ciel dionysien.Météo France a entamé une modernisation de son système d'observation de l'atmosphère en installant une station automatisée au Chaudron. Les sondes lâchées sont suspendues à des ballons gonflés à l'hydrogène et remontent dans l'atmosphère. L'objectif est d'effectuer des observations et des mesures in situ dans l'atmosphère pour améliorer les prévisions. Ces lâchers de ballons-sondes, auparavant effectués manuellement sur le site de Gillot, se font désormais automatiquement sur le site de Météo France au Chaudron.
Depuis mercredi 18 avril 2018, Météo France lâche des ballons-sondes d'observation totalement autonomes dans le ciel dionysien.Météo France a entamé une modernisation de son système d'observation de l'atmosphère en installant une station automatisée au Chaudron. Les sondes lâchées sont suspendues à des ballons gonflés à l'hydrogène et remontent dans l'atmosphère. L'objectif est d'effectuer des observations et des mesures in situ dans l'atmosphère pour améliorer les prévisions. Ces lâchers de ballons-sondes, auparavant effectués manuellement sur le site de Gillot, se font désormais automatiquement sur le site de Météo France au Chaudron.

Cette station de ballon-sondes entièrement automatisée installée au Chaudron vise à remplacer celle de Gillot.
Ces ballons lâchés par Météo France effectuent des radio-sondages. Ces radios sondages consistent à prendre des mesures de températures, de vent et d’humidité par des capteurs posés sur la sonde.
Les ballons-sondes sont remplis par de l’hydrogène qui est aussi fabriqué sur place. Le remplissage du ballon en latex naturel prend environ 15 minutes. Après le remplissage, le toit de la station s’ouvre et le ballon-sonde quitte la station pour remonter dans l’atmosphère à une vitesse de 300 mètres par minute.
Il faudra environ deux heures au ballon sonde pour effectuer toutes les mesures. Arrivé à une hauteur d’environ 34 km au-dessus de la terre, le ballon se dilate et explose. La sonde retombe sur Terre par un parachute.

Jacques Ecormier, chef prévisionniste à Météo France nous explique tout l'intérêt de ces ballons-sondes.

Ces lâchers de sonde se font en partenariat avec l’aviation civile. L’aéronautique a financé pour un quart la mise en place de cette nouvelle station de ballon-sonde.
Toutes les mesures prises par les capteurs sont renvoyées à la station par ondes radio. Ces mesures sont utilisées par les prévisionnistes. Elles sont complémentaires des données prises par satellite, notamment en ce qui concerne les vents et les températures.

Les données prises par la sonde sont transmises à nos voisins de l’Océan Indien comme les Comores.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !