Le point après le passage de Fakir :

Le Préfet demande la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle


Publié / Actualisé
Quelques heures après l'éloignement de la tempête tropicale Fakir, la Préfecture de La Réunion a déclaré avoir sollicité les services compétents pour mettre en oeuvre la procédure de reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle.
Quelques heures après l'éloignement de la tempête tropicale Fakir, la Préfecture de La Réunion a déclaré avoir sollicité les services compétents pour mettre en oeuvre la procédure de reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle.

"Le préfet de La Réunion a sollicité les services du Premier ministre, du ministère de l’Intérieur et du ministère des Outre-mer afin de mettre en œuvre la procédure de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle ainsi que la mobilisation du Fonds de secours auprès du ministère des Outre-mer" indique la préfecture ce mardi 24 avril. 

Pour rappel, ce fonds de secours "est destiné à aider, sous certaines conditions, les particuliers, les entreprises à caractère artisanal ou familial, les exploitants agricoles et les collectivités territoriales dont les biens non assurés auraient été endommagés par la catastrophe naturelle".

"À ce stade, une évaluation globale des dégâts occasionnés par la forte tempête tropicale Fakir est nécessaire" estime le préfet Amaury de Saint Quentin. Il a saisi Météo France et le bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) pour réaliser l’expertise des dégâts provoqués par la tempête.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !