Suite au drame survenu à l'Étang-Salé :

Fakir : objet de récupération politique?


Publié / Actualisé
Mardi 24 avril 20218, quelques heures seulement après le passage au plus près de nos côtes de la forte tempête tropicale Fakir et à la suite de la confirmation des deux décès survenus à l'Étang-Salé des politiciens se sont rapidement exprimés. "Récupération politique" ou "compassion" ? Telle est la question.
Mardi 24 avril 20218, quelques heures seulement après le passage au plus près de nos côtes de la forte tempête tropicale Fakir et à la suite de la confirmation des deux décès survenus à l'Étang-Salé des politiciens se sont rapidement exprimés. "Récupération politique" ou "compassion" ? Telle est la question.

"J'apprends avec tristesse le décès d'un couple dans son domicile à l'Étang-Salé suite à une coulée de boue provoquée par les intempéries (...) Je veux exprimer ma vive émotion face à un tel drame qui vient endeuiller des familles. Je tiens à leur adresser mes plus sincères condoléances et à leur apporter tout mon soutien dans cette épreuve". Comme Cyrille Melchior, président du Conseil départemental, de nombreux Réunionnais ont adressé des messages de soutien aux proches de Franck et Maéva, victimes de la tempête Fakir. Et ce, dès 14 heures, mardi, principalement sur les réseaux sociaux.

Par compassion, le maire de Saint-Louis Partrick Malet a, lui aussi, transmis un bref message. "La ville a été lourdement touchée par le passage de la tempête Fakir ce jour mais la plus dure épreuve reste la perte de ce jeune couple originaire de Saint-Louis. Toutes mes sincères condoléances à la famille et aux proches de ces jeunes partis trop tôt" pouvait-on lire dans son communiqué. 

Thierry Robert "charge" l'État

Contrairement à ces élus qui ont préféré rester dans la neutralité et l'empathie, d'autres ont choisi de crier haut et fort leur colère. Tout en tapant sur l'Etat. C'est, par exemple, le cas de Thierry Robert, député de la 7ème circonscription de La Réunion. Peu avant 15h30, il a transmis un communiqué de presse au sein duquel il évoquait également ces "deux jeunes qui ont perdu la vie à la suite d'un glissement de terrain". Une "accroche" qui lui a ensuite permis de s'en prendre à l'État. "Sans faire polémique" a-t-il pris soin de préciser. 

"Il est peut-être nécessaire de rappeler que l'État a la charge d'assurer la sécurité des biens et des personnes; que l'État agit ici par le biais du Préfet de La Réunion. Pour la deuxième fois, durant cette saison cyclonique (...) il n'est pas pris de mesures claires au niveau départemental pour restreindre la circulation des personnes et limiter ainsi les risques d'accidents" a pointé du doigt Thierry Robert. Il a ajouté : "À chaque fois, ce sont les citoyens qui sont mis en danger mais aussi l'ensemble des secours. À qui la faute?". 

Pour prévenir le Préfet Amaury de Saint-Quentin, le député a annoncé : "je vais demander au Ministre de l'Intérieur de diligenter une enquête afin de déterminer les responsabilités de chacun face à ces manquements, à mon sens, évidents. Il devra être posée la question de l'application du principe de sécurité en cas d'évènement climatique dangereux imminent".

Europe Écologie Les Verts dénonce une "politique hasardeuse"

Au même moment, le parti Europe Écologie Les Verts, sous l'égide du secrétaire régional Jean-Pierre Marchau, a tenu à s'exprimer. "Les inondations, les torrents de boue dévastateurs qui emportent routes et maisons, sont le résultat d’une politique hasardeuse d’urbanisation et de bétonnage des sols" a-t-il affirmé. Ils sont aussi le résultat d’une politique très risquée de prélèvement de plusieurs centaines de milliers de tonnes d’andains sur les terres agricoles afin d’approvisionner le chantier de la Nouvelle route du littoral".  Pourtant, les circonstances du drame qui a coûté la vie à deux jeunes âgés de 19 et 22 ans, ne sont pas encore connus. Mais "ce détail" n'a visiblement pas freiné l'écologiste qui a saisi "l'occasion" pour évoquer "un projet de prélèvement à Mare à Poule d'Eau". Un projet dans le cadre duquel il demande aux autorités publiques de "suspendre immédiatement toute autorisation de prélèvements des andains". ..

Jean-Alain Cadet fait une proposition

En fin d'après-midi, à 17h30, Jean-Alain Cadet, conseiller régional a "profité" du drame pour livrer ses doléances. "Je tiens à exprimer toutes mes condoléances aux familles et amis de Franck et Maëva (...) cela est choquant, mais malheureusement ce type d'accident peut arriver à n'importe qui" a-t-il déclaré à la presse.  Rapidement, il a enchaîné pour affirmer "il y a un lien direct entre le changement climatique et les évènements météorologiques". Selon lui, "il est peut-être temps de réfléchir sérieusement à revoir la copie de l'ensemble des procédures". Aussi, Jean-Alain Cadet n'a pas hésité à dévoiler sa proposition. À savoir, instaurer "une sorte d'alerte rouge communale". Et, en ce sens, étendre le pouvoir de police du maire "à un pouvoir de gestion de crises climatiques".

Était-ce le moment opportun pour faire de tels commentaires? N'était-il pas, plus judicieux, d'attendre ne serait-ce que le lendemain du drame, pour s'exprimer sur ces sujets? 

Le débat est lancé. 

sw/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !