[VIDÉO] Le début de la fin... (actualisé) :

Hermitage - Le préfet demande aux paillotes de déménager


Publié / Actualisé
Le préfet a adressé un courrier aux propriétaires des paillotes installés sur la plage de l'Hermitage. Il leur demande de déménager leurs restaurants implantés sur le domaine public maritime (DPM) et de remettre les lieux en état. Venant après l'arrêt du tribunal administratif suspendant leur autorisation d'occupation temporaire (AOT) du DPM, ce courrier préfectoral porte un très sérieux coup à l'activité des paillotes. Ces dernières devraient donc fermer leurs portes à la fin du mois de juin ou au début du mois de juillet.
Le préfet a adressé un courrier aux propriétaires des paillotes installés sur la plage de l'Hermitage. Il leur demande de déménager leurs restaurants implantés sur le domaine public maritime (DPM) et de remettre les lieux en état. Venant après l'arrêt du tribunal administratif suspendant leur autorisation d'occupation temporaire (AOT) du DPM, ce courrier préfectoral porte un très sérieux coup à l'activité des paillotes. Ces dernières devraient donc fermer leurs portes à la fin du mois de juin ou au début du mois de juillet.

Connue dans la journée de ce jeudi 3 mai 2018, la nouvelle a eu l'effet d'un coup de massue pour les restaurateurs et leurs personnels alors que les opposants aux paillotes - avertis par le bouche à oreille -, commençaient à parler "de réglementation enfin respectée". Ils faisaient ainsi allusion à la décision de suspension des AOT rendue par le tribunal administratif le 16 mars dernier. Rendue en référé, c'est-à-dire en procédure d'urgence, le jugement ne pouvait être entravé par un quelconque appel.

Pourtant, selon le préfet de La Réunion, Amaury de Saint-Quentin, cela "n'a rien à voir". Regardez : 

Pour rappel, ce courrier préfectoral vient après celui de la mairie de Saint-Paul interdisant aux paillotes dégradées par l'épisode de forte houle qui s'est produit dans la nuit du 18 au 19 avril de reconstruire leurs terrasses

Lire aussi => La houle s'en est prise aux paillotes de l'Hermitage

Lire aussi => Saint-Paul oblige les paillotes de l'Hermitage à prendre "les mesures appropriées"

Pour rappel, le collectif pour la défense du domaine public maritime et plus récemment le kolektif union des Réyoné responsab (KURR), mènent depuis plusieurs mois des actions contre l'implantation des restaurants sur le DPM.

C'est à la suite d'une plainte déposée par le collectif de défense du DPM que le tribunal administratif avait suspendu les AOT des paillotes et qu'il va bientôt juge le dossier sur le fond.

Lire aussi : Et si le sort des paillotes était joué d'avance

La non exécution du jugement de la décision du tribunal administratif avait provoqué la colère des opposants aux paillotes. Certains d'entre eux ont appelé à la manifestation sur la plage de l'Hermitage le dimanche 8 avril. La tension était montée lorsque des manifestants avaient entrepris de détruire une partie du mobilier et des clôtures de trois restaurants en scandant "Rényoné en colère! Paillotes illégales!"

Lire aussi : la protestation bat son plein sur le sable

Suspectés d'avoir dégradé ces paillotes deux hommes seront jugés par le tribunal correctionnel de Saint-Denis le 15 mai prochain.

www.ipreunion.com (mis en ligne vendredi 4 mai 2018 à 4h - actualisé)
 

   

3 Commentaire(s)

Babeuf, Posté
Ce que j'en pense, c'est l'incohérence du Préfet qui demande aux propriétaires des paillotes de faire place nette puisqu'elles sont construite dans une zone protégée et qui en même temps déclenche une enquête publique afin d'ouvrir une carrière à Bois Blanc sur un site protégé et inconstructible ,sans tenir compte des conséquences géologiques et écologiques et humaines qui pourraient être engendrées!!!
Cimendef, Posté
Anval lo zin!!
Inn ti viktwar mé un gran pa po pép réyoné!! Mersi lo KURR. Ansanm nou pli for, ansanm nou pa tousel. Krèv doboute, plito viv azonou. Goût anou
GERARD97460, Posté
Voilà au moins une excellente décision prise par un préfet après une décision du tribunal, il restait juste à mettre cela en exécution, et dire que cela dure depuis la fin des années 60 sous les filaos et après cela s'est étendue sur la plage et même en bord de l'eau, du grand n'importe quoi, un miracle qu'ils n'ont pas construit directement et complètement dans le lagon en écrasant le peu de corail qui reste dans ce lagon, je me rappelle de ce lagon à la fin des années 50, il ne ressemble plus à rien aujourd'hui et dire que tout cela est la faute des politiques qui ont laissé faire toutes ces personnes fraîchement débarqués dans notre île à faire n'importe quoi sur nos plages et sur tout le domaine maritime, même des hôteliers ont commencé à prendre pied directement sur les plages à commencer au Boucan Canot et après sur tout l'ensemble du pourtour de l'île où se trouve les rares plages.. Vraiment du grand n'importe quoi pour la Réunion, j'espère que les réunionnais persévéreront dans cette continuité à faire respecter le domaine maritime comme il se doit pour nos enfants....