[LIVE/VIDÉO/PHOTOS] Les manifestants ont obtenu gain de cause (actualisé) :

Saint-Denis - L'indexation des primes est, pour l'instant, maintenue


Publié / Actualisé
A l'appel des syndicats les personnels de tous les sites du centre universitaire hospitalier (CHU) sont en grève illimitée à compter de ce vendredi 11 mai 2018. Ils protestent contre la décision de la direction régionale des finances de ne plus appliquer l'indexation des primes à certaines catégories de personnels. Selon les syndicalistes cette suppression "applicable au plus tard en juillet" représente pour les salariésnun manque à gagner mensuel allant 40 et 300 euros de moins. Les personnels se sont rassemblés ce vendredi matin à devant le CHU à Bellepierre (Saint-Denis). Ils se sont rendus en opération escargot devant l'Agence régionale de santé (ARS). Après une rencontre avec la direction de l'ARS ils ont décidé d'aller à la préfecture, toujours en opération escargot. Ils souhaitent interpeller le préfet afin d'obtenir une réponse claire de la direction des finances publiques. Plus d'une heure après leur arrivée à la préfecture, les manifestants ont obtenu gain de cause. Suivez notre live
A l'appel des syndicats les personnels de tous les sites du centre universitaire hospitalier (CHU) sont en grève illimitée à compter de ce vendredi 11 mai 2018. Ils protestent contre la décision de la direction régionale des finances de ne plus appliquer l'indexation des primes à certaines catégories de personnels. Selon les syndicalistes cette suppression "applicable au plus tard en juillet" représente pour les salariésnun manque à gagner mensuel allant 40 et 300 euros de moins. Les personnels se sont rassemblés ce vendredi matin à devant le CHU à Bellepierre (Saint-Denis). Ils se sont rendus en opération escargot devant l'Agence régionale de santé (ARS). Après une rencontre avec la direction de l'ARS ils ont décidé d'aller à la préfecture, toujours en opération escargot. Ils souhaitent interpeller le préfet afin d'obtenir une réponse claire de la direction des finances publiques. Plus d'une heure après leur arrivée à la préfecture, les manifestants ont obtenu gain de cause. Suivez notre live

Après s'être entretenu avec les syndicalistes, le sous-préfet a fait l'annonce suivante : le préfet a décidé de réunir "dès ce lundi la concertation entre le service des finances et l'ARS" dans le but de trouver une solution. Dans l'immédiat, "toute décision de ne pas payer l'indexation des primes est suspendue". Regardez : 

Ce après quoi, la députée Ericka Bareights s'est exprimée. Elle soutient les manifestants : 

Arrivés devant la préfecture peu avant 14h, les manifestants ont bloqué tout accès au Barachois. Ils ont demandé à discuter avec un représentant de l'État. Le sous-préfet a accepté de les recevoir. Jean-Marc Vélia, représentant syndical de la CFDT Santé s'est entretenu avec lui : "il nous a proposé de rencontrer chaque secrétaire général syndical pour discuter mais on a décliné l'offre" explique-t-il. 

Les militants attendent une discussion avec la direction des finances publiques

En effet, les manifestants souhaitent s'entretenir avec un représentant de la direction des finances publiques. "Car c'est elle qui a acté la suprression de l'indexation des primes par courrier. Il faut qu'on soit reçu par la direction des finances publiques" insiste Jean-Marc Vélia. Selon lui, le sous-préfet serait actuellement en train de négocier pour qu'un représentant des finances publiques puissent échanger avec les syndicalistes. 

Les grévistes ont décidé de se rendre à la préfecture pour obtenir des explications et échanger avec la direction des finances publiques

 

Les salariés expliquent les raisons de leur colère

 

En milieu de matinée, les  salariés ont rencontré le directeur de l'Agence régionale de santé. Suivez notre live

 

Les grévistes changent 'internationale devant les locaux de l'ARS  

#974 #LaRéunion Le #CHU en grève illimitée conte la suppression de l'indexation de leurs primes. Les salariés ont rencontré le directeur de l'Agence régionale de santé pic.twitter.com/atCA8WzZ7Z

— Imaz Press Réunion (@ipreunion) 11 mai 2018

Suivez le direct de nos journalistes devant l'ARS

 

 

L'opération escargot a commencé vers 9 heures 15 au départ du CHU, mais les premiers grévistes étaient déjà l'ARS depuis 8 heures 30.

 

 

Pour rappel, les syndicalistes se disent "choqués" qu'une telle décision soit prise en urgence "sans dialogue préalable avec les partenaires sociaux". C'est en effet, dans les pages d'un journal local datant du 5 mai 2018 que les syndicats ont appris que la direction régionale des finances avait "donné l’ordre aux comptables hospitaliers de mettre en demeure les ordonnateurs des quatre hôpitaux de La Réunion et de cesser le paiement de l’indexation sur les primes hospitalières au motif que les recherches n’avaient pas permis de trouver une base légale à cette indexation".

Lire aussi : CHU - Sud santé sociaux dénonce la suppression de l'indexation des primes

Plusieurs centaines de salariés du CHU sont menacés par cette suppression d'indexation des primes.

sw/rb/www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Candide, Posté
Super, si seulement tous les salariés du privé en faisant autant ... pas demain la veille, ils ne font que rale le coeur dessus !
Mal-aimé , depuis son mobile, Posté
Salut le personnel pleurnichard. Récemment j'ai du passer 1 mois à accompagner la fin de vie de ma mère dans votre structure publique payée par nos impôts . Qu'ais je vu ? 1/ du personnel de nettoyage qui se tape des barres de rire à longueur de temps au lieu de bosser 2/ du personnel qui joue à cache cache pour pas qu'on les appellent (réellement on se croirait dans une cour de récréation) 3/ au moment de la relève infirmier on arrête de bosser 30 voir 45 min avant et on dit : on va leur laisser le boulot à l'autre équipe ( magnifique ) 4/ les médecins qui sont dans leur bulle et qui n'ont aucun sens de la communication, bref vos représentants syndicaux ont menti à la presse . Ils ont fait peur en parlant de vie chère supprimée , mais cela n'a pas pris nous ne sommes pas débiles, cela ne concerne que les primes . Vous ne les méritez pas vos primes alors encore moins l'indexation.