La préfecture respecte l'ultimatum lancé par les syndicats (actualisé) :

Grève CHU : une réunion interministérielle prévue la semaine prochaine


Publié / Actualisé
En cet énième jour de grève, le personnel hospitalier du CHU compte les heures. Pour cause : hier, mardi 16 mai, les représentants syndicaux ont lancé un ultimatum à l'interministériel. Si, ce mercredi, à 16h, aucun communiqué officiel n'a été transmis, le combat reprendra de plus belle. David Belda, secrétaire départemental du syndicat Force ouvrière Santé a accepté de livrer ses explications devant la caméra d'Imaz Press. Ce mercredi 16 mai, aux alentours de 17h30, la préfecture a respecté l'ultimatum lancé par le syndicat en adressant un courrier.
En cet énième jour de grève, le personnel hospitalier du CHU compte les heures. Pour cause : hier, mardi 16 mai, les représentants syndicaux ont lancé un ultimatum à l'interministériel. Si, ce mercredi, à 16h, aucun communiqué officiel n'a été transmis, le combat reprendra de plus belle. David Belda, secrétaire départemental du syndicat Force ouvrière Santé a accepté de livrer ses explications devant la caméra d'Imaz Press. Ce mercredi 16 mai, aux alentours de 17h30, la préfecture a respecté l'ultimatum lancé par le syndicat en adressant un courrier.

"Suite à la réunion tenue le 15 mai en préfecture et conformément aux échanges concernant la sur-indexation de certaines primes et indemnités sans base réglementaire dans les centres hospitaliers de La Réunion, rappelé par la Chambre régionale des comptes, je vous confirme qu'une réunion interministérielle est prévue à Paris en milieu de semaine prochaine entre les inistères concernés afin d'évoquer les conséquences d'une suppression de la sur-indexation des primes et indemnités en question et les modalités concrètes et le cadrage nécessaire du processus de mise en oeuvre pour les personneles concernés". 

Voici la teneur du courrier signé de la main de Sébastien Audebert, directeur du cabinet du préfet de La Réunion et Etienne Billot, directeur générl adjoint de l'agence régionale de santé. Un courrier qui devrait permettre aux syndicalistes un peu de répit d'ici à la semaine prochaine.

Selon les engagements des manifestants, d'ici là, aucun blocage ne devrait donc perturber les Réunionnais.

Pour rappel, les syndicalistes avaient lancé un ultimatium au gouvernement, fixé à 16h ce mercredi 16 mai. Mais selon David Belda, à 16h10, la préfecture a téléphoné aux représentants syndicaux pour demander un délai supplémentaire. Puisque deux heures séparent La Réunion à Paris, l'ultimatum a donc été repoussé à 18h ce soir. 

"On veut que les trois ministères concernés, celui de Bercy, des finances et de la santé donnent leur position et confirme qu'une réunion interministérielle se tiendra" déclare le représentant syndical. Regardez : 

À l'issue de la table ronde qui s'est tenue hier à la préfecture, les syndicalistes ont posé un ultimatum au gouvernement. Ils lui ont demandé de transmettre un communiqué d'ici à 16h ce mercredi. Selon David Belda, le gouvernement doit promettre, par écrit, l'organisation d'une réunion sous l'égide de Matignon : 

 

 

Si le gouvernement ne respecte pas l'ultimatium posé, les syndicalistes vont se réunir pour décider des actions futures à mener. C'est ce qu'explique David Belda : 

 

 

De nouvelles actions pourraient être menées dans le sud de l'île. Ce matin, par exemple, le personnel hospitalier s'est mobilisé à Saint-Pierre, dans le bloc opératoire : 

Lire aussi => La grève du personnel hospitalier continue - Saint-Pierre : les infirmiers se mobilisent dans le bloc opératoire

 

Pour rappel, le mouvement a débuté dans la rue vendredi dernier : 

Lire aussi => Contre la suppression d'indexation de leurs primes

sw/rb/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !