Tribune libre de David Lorion, député de La Réunion :

Que restera-t-il du plan Borloo ?


Publié / Actualisé
50 ans après la parution du livre de Henri Lefèbvre Droit à la ville, qui développe l'idée d'une ville solidaire, un espace politique et pas seulement un urbanisme fonctionnaliste et sans âme, nous voici devant un nouveau discours sur la Politique de la ville.
50 ans après la parution du livre de Henri Lefèbvre Droit à la ville, qui développe l'idée d'une ville solidaire, un espace politique et pas seulement un urbanisme fonctionnaliste et sans âme, nous voici devant un nouveau discours sur la Politique de la ville.

Le 14 novembre 2017, le président de la République a lancé à Tourcoing un appel à la mobilisation générale pour les villes et les quartiers. Il a confié à l’ex-ministre de la ville Jean-Louis Borloo, la mission de rédiger un rapport qui devait inspirer l’Etat. Ce rapport Borloo " Vivre ensemble,vivre en grand " a été remis au premier ministre le 26 avril avec 19 mesures importantes,structurantes pour la politique de la ville.

Aujourd’hui le président a clairement affirmé qu'il n'est pas question d’établir un nouveau plan pour les banlieues, mais a donné seulement des orientations générales à savoir : les politiques de justice et de sécurité, les politiques d’émancipation par le biais de l’éducation et de l’économie et le retour aux fondamentaux, à la République. Pour la mise en œuvre de ce grand projet, peu de
mesures concrètes mais le chef de l’Etat compte sur la mobilisation de tous les acteurs.

Nous attendions que ce discours rétablisse un équilibre au sein de notre République en donnant plus, là où la population en a moins, une politique de réduction des inégalités et de cohésion de l’ensemble du territoire, que les Outre-mer soient évoqués. Rien de très précis, quelques mesures déjà engagées, comme le déploiement de 1300 policiers dans les 60 quartiers les plus difficiles d’ici à 2020 (j'espère que cette mesure va faciliter le retour des policiers d'origine réunionnaise à La Réunion), la création de 30 000 stages de troisième dans le public et le privé dans des entreprises qui seront contrôlées pour éviter la discrimination à l'embauche.

Des projets qui sont bien en dessous de ce que les habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville attendaient, sans chiffres et sans programmation. Quels seraient les budgets alloués à chaque politique ? Quelles sont les mesures concrètes afin d’encadrer et de veiller à la mobilisation de tous les acteurs ? La mobilisation, aspect central du discours d’Emmanuel Macron,
est certes essentielle, mais elle ne doit pas être le seul moteur dans un chantier d’une aussi grande envergure. Lors de la visite de Jean-Louis Borloo à la mairie de Saint-Pierre, nous rêvions d'un grand soir de la politique de la ville, nous avons eu, en matière de communication, un beau coucher de soleil du Président de la République !

David Lorion

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !