Plus de 700 secousses enregistrées :

Micro-séismes : Mayotte s'organise en cas de catastrophe


Publié / Actualisé
Cela fait maintenant, presque deux semaines que la terre tremble à Mayotte. Quatorze jours exactement durant lesquels plus de 700 secousses ont été enregistrées. Certaines sont ressenties par la population (celles d'une magnitude supérieure à quatre), d'autres passent inaperçues. Si le phénomène ne présente pas de danger majeur et imminent, il comporte néanmoins certains risques. Dans "un principe de précaution", la préfecture de Mayotte s'organise. Elle a même déjà étudié les moyens à mettre en place, en cas de catastrophe sismique.
Cela fait maintenant, presque deux semaines que la terre tremble à Mayotte. Quatorze jours exactement durant lesquels plus de 700 secousses ont été enregistrées. Certaines sont ressenties par la population (celles d'une magnitude supérieure à quatre), d'autres passent inaperçues. Si le phénomène ne présente pas de danger majeur et imminent, il comporte néanmoins certains risques. Dans "un principe de précaution", la préfecture de Mayotte s'organise. Elle a même déjà étudié les moyens à mettre en place, en cas de catastrophe sismique.

Ce mercredi 23 mai, un habitant de Mayotte nous l'a assuré : la journée "a été plutôt calme". C'est aussi ce qu'a confirmé le BRGM

Cependant, comme l'a indiqué le directeur du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) de Mayotte la semaine dernière, les spécialistes sont incapables de prévoir quand le phénomène prendra fin. 

Lire aussi => Mayotte tremble mais ne sait pas pourquoi

Aux dernières nouvelles, ce week-end, les séismes sont restés concentrés sur un secteur d'une dizaine de kilomètres de large environ. À 50 kilomètres à l'Est de Mamoudzou. A 8h, dimanche 20 mai, un séisme de magnitude 5,3 a apeuré la population. Puis, dans la nuit du dimanche au lundi 21 mai, ce sont trois tremblements supplémentaires qui ont réveillé les Mahorais. 

 

Lire aussi => Mayotte continue de trembler et la population d'avoir peur

Hier, plusieurs médias reléguaient l'information suivante : mardi matin, l'épicentre se serait rapproché, il aurait été situé à sept kilomètres seulement des côtes mahoraises. Pour Frédéric Tronel, directeur du BRGM Mayotte, cette information n'est pas fiable : "ce sont des données internationales qui ne sont pas très précises. Les données du BRGM sont bien plus détaillées".

L'inquiétude des habitants s'amplifie

Selon Samuel Boscher, journaliste pour France Mayotte Matin, l'inquiétude des habitants s'amplifie de jour en jour, "surtout dans le sud de l'ile, à Bandrélé, où beaucoup de maisons ont été endommagées. Celà fait plus de dix jours que des personnes dorment dehors car ils ne veulent pas se faire écraser par les murs".

Les municipalités ont-elles ouvert des centres d'hébergement? "Il n'y a pas de centre d'hébergement à Mayotte affirme Samuel Boscher. Il y a des gymnases mais ils ne sont pas faits pour accueillir la population". 

 

En cas de force majeure, une vingtaine de pompiers réunionnais pourraient partir à Mayotte

Du côté de la préfecture de Mayotte, des moyens ont d'ores et déjà été mis en "préalerte". Une étude a notamment été menée auprès de la préfecture de La Réunion afin de voir quels moyens pourraient être envoyés à Mayotte en cas de catastrophe sismique. "Des moyens de sauvetage et de déblaiement du Service départemental d'incendie et de secours pourraient être mis à disposition" informe la préfecture réunionnaise. 

En cas de besoins, une vingtaine d'hommes pourraient donc être amenés à partir sur l'île aux parfums. En parralèle, en cas de force majeure, des militaires de la sécurité civile pourraient prendre l'avion depuis Paris. 

La préfecture rassure

Etienne Guillet, directeur de cabinet du préfet de Mayotte, explique : "si le phénomène sismique entraîne un certan nombre de dégâts, il faut qu'on soit en mesure d'y faire face". Néanmoins, pour l'instant, le représentant de l'État rassure : "on a seulement eu quelques fissures sur certains bâtiments et trois blessés légers mardi 15 mai".

Des vérifications ont été faites sur les établissements scolaires de l'île. "On a noté des fissures dans certains bâtiments qui ne sont pas liées aux tremblements mais à la malfaçon des bâtiments informe le directeur de cabinet du préfet. Tous les bâtiments signalés ont reçu la visite d'un ingénieur qui a démontré qu'ils ne présentaient pas de risques particuliers"

Lire aussi => [VIDÉO/PHOTOS] La terre tremble depuis six jours : Mayotte panique

"Dans un principe de précaution", un certain nombre d'acteurs publics sont mobilisés tels que les municipalités, la Croix Rouge ou encore la Sécurité civile. "Plusieurs actions de sensibilisation ont été faites, notamment dans tous les établissements scolaires précise Etienne Guillet. On va aussi démultiplier les campagnes d'information auprès du grand public pour rassurer la population. La préfecture se met en ordre de bataille. On se prépare, on sensibilise, on informe. Dans le cas contraire, on nous reprocherait de ne pas le faire"

Lire aussi => Mayotte - La préfecture active une cellule de crise

"On est loin de la catastrophe"

Le BRGM de Mayotte s'est également fixé cet objectif. Frédéric Tronel, directeur de la structure explique : "le phénomène ne s'amplifie pas. Il continue. Aujourd'hui, on compte très peu de dégâts. On est loin de la catastrophe. Notre mission est de rassurer la population qui est très inquiète vu le côté répétitif et anxiogène des micro-séismes".

Pour expliquer cet essaim de séismes, plusieurs théories sont mises en avant. "Certaines données ont montré qu'une faille Est/Ouest bougerait, avec un mouvement de coulissement mais on n'en sait pas plus. C'est une hypothèse" précise Frédéric Tronel.

Les rumeurs vont bon train

Superstitieuse, la population, elle, envisage d'autres hypothèses. Selon certains habitants, Dieu pourrait être à l'origine des secousses. D'autres imaginent que les tremblements seraient liés à l'activité volcanique du Karthala situé dans Les Comores. Une théorie mise à mal par des géologues.

Une chose est certaine : aujourd'hui, les raisons du phénomène restent inconnues. Selon la préfecture de Mayotte, pour obtenir une analyse précise, il faut collecter assez de données. Autrement dit, il faut attendre que le phénomène passe pour permettre aux spécialistes de tirer des conclusions. D'ici là, les rumeurs vont bon train. Il y a une semaine, elles ont même sorti les Mahorais de leur lit. Regardez :

sw/www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Cafi97, Posté
Que dieu leurs sont tombės sur la tête
Matou, Posté
il y a des forages géothermiques, il y a des forages de recherches pétrolières .....