En 14 ans d'activité pour les filières de recyclage :

121 500 tonnes de déchets sortis de l'enfouissement


Publié / Actualisé
Ce jeudi 24 mai 2018, le syndicat d'importation et du commerce de La Réunion (SICR) et l'agence de l'environnement et de maîtrise de l'énergie (Ademe) ont présenté le bilan 2017 des filières Responsabilité élargie des producteurs (Rep). "Ces filières de recyclage affichent encore un bilan positif grâce à l'ensemble de ses acteurs, les éco-organismes, collectivités, entreprises et associations", a déclaré Frédéric Foucque directeur régional du SICR. À La Réunion, ce sont 10 filières Rep qui sont gérées par le SICR. La collecte et la revalorisation dans chaque filière Rep est en augmentation cette année. En 14 ans, ce sont 121 500 tonnes de déchets qui sont sortis de l'enfouissement pour être revalorisés.
Ce jeudi 24 mai 2018, le syndicat d'importation et du commerce de La Réunion (SICR) et l'agence de l'environnement et de maîtrise de l'énergie (Ademe) ont présenté le bilan 2017 des filières Responsabilité élargie des producteurs (Rep). "Ces filières de recyclage affichent encore un bilan positif grâce à l'ensemble de ses acteurs, les éco-organismes, collectivités, entreprises et associations", a déclaré Frédéric Foucque directeur régional du SICR. À La Réunion, ce sont 10 filières Rep qui sont gérées par le SICR. La collecte et la revalorisation dans chaque filière Rep est en augmentation cette année. En 14 ans, ce sont 121 500 tonnes de déchets qui sont sortis de l'enfouissement pour être revalorisés.

"Les filières Rep affichent un bilan satisfaisant" affirme Frédéric Foucque, le directeur régional du SICR Il poursuit "en 18 ans d'existence, notre syndicat a été un facilitateur dans l'accompagnement des éco-organismes et de tous les acteurs de la filière Rep".

Pour lui, "le syndicat affiche une volonté commune pour le développement de la filière Rep en mobilisant les importateurs et en améliorant les performances des traitements". Le syndicat a notamment permis aux associations spécialisées dans le recyclage des pneus et des batteries usagés de se développer en 2001 et 2003. Elles comptent parmi les 10 filières Rep soutenues par le SICR.

Ces filières sont développées par les éco-organismes. Ces derniers ont la charge d’organiser les filières pour la collecte et le traitement des déchets, notamment les batteries automobiles et industrielles, les pneumatiques, les piles et accumulateurs portables, les équipements électriques et électroniques ménagers et professionnels, les lampes, les éléments d’ameublement, les déchets d’activités de soins à risques infectieux et les panneaux photovoltaïques.

L'objectif premier des éco-organismes est de détourner certains flux de déchets de l’enfouissement.

- Impact des filières Rep à La Réunion -

À La Réunion, la responsabilité élargie des producteurs est créatrice de valeur ajoutée.

Christiane Albert, déléguée générale du SICR évoque l'impact économique des filières Rep "nous avons, cette année encore, enregistré des niveaux de collectes satisfaisants, en vue d’un traitement local ou à l’export. En tant que référence dans la région en matière de gestion de déchets, nous veillons à ce que toutes les filières adoptent les bonnes pratiques selon les lois en vigueur, pour une économie plus vertueuse. Les filières REP sont, en effet, de puissants moteurs de croissance économique à La Réunion, notamment à travers la création d’emplois directs et indirects".

Le secteur est créateur d'activité. Sur l'île ce sont 3600 emplois directs et indirects qui sont concernés par les Rep. Les filières Rep sont créatrices de nouvelles compétences.

- Le bilan des filières Rep en chiffres -

En 14 ans d'activité, c'est un total de 121 500 tonnes de déchets qui ont été sortis de terre pour être revalorisés par les filières Rep. Parmi eux, ce sont 45 300 tonnes d'électroménagers, 20 500 tonnes de batteries, 600 tonnes de piles, 160 tonnes d'ampoules, etc.

En 2017, chaque filière affiche une augmentation de son activité. Les déchets d'équipement électrique et électronique (DEEE) qui sont revalorisés par les deux éco-organismes éco-systèmes et recylum représentent plus de 7000 tonnes de déchets. "Ce chiffre est le résultat de partenariat entre les ditributeurs, les collectivités et les associations de l'économie sociale et solidaire" souligne Sandrine Sinapayel, responsable de filière au SICR. Les collectes pour ce type de déchets ont augmenté de 36% par rapport à 2016.

Aujourd'hui on compte 170 points de collecte pour ces déchets à travers l'île.78% de ces appareils sont recyclables. Leurs composants sont transformés pour fabriquer de nouveaux objets.

La collecte et le recyclage des piles et petites batteries affiche aussi un bilan positif. En 2017, 82 tonnes de piles et batteries ont été collectées. Soit 24% de plus qu'en 2016. Un tiers des piles provient de la filière de démentèlement des déchets électroniques et électriques. C'est l'éco-organisme Corepile qui est chargé de ces collectes.

D'autres filières sont représentées par le syndicat. La filière photovoltaïque a été sans conteste celle qui s’est le mieux illustrée, avec une implication plus forte des entreprises. Cette filière  se distingue avec une hausse de 80 % de la collecte passant de 10 tonnes en 2016 à 18 tonnes en 2017, ainsi que par une hausse du nombre de ses adhérents.

"Cette bonne performance générale a été rendue possible grâce au développement du réseau de collecte et de l’implication de l’ensemble des acteurs de la Rep. Un site Internet est, par ailleurs, en construction sur les déchets Rep par le SICR ; ce qui permettra aux professionnels et particuliers d’avoir des informations utiles sur la gestion des déchets Rep à La Réunion ", conclut Sandrine Sinapayel.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !